Les données statistiques encourageantes publiées hier aux USA incitaient les opérateurs à faire leurs emplettes. De nouvelles données américaines, cette fois concernant l'immobilier, sont attendues plus tard dans la journée. Plus près de chez nous, les ventes au détail allemandes pour le mois de décembre signalaient une amélioration, tandis que les prix à la production dans la zone euro en décembre ne signalaient pas de risque d'inflation.

En France, l'action Technip, société para-pétrolière, bénéficiait de spéculations selon lesquelles le groupe pourrait recevoir jusqu'à 600 million EUR de commandes pour la construction de trois sites de stockage de gaz naturel en Allemagne.


En revanche, au Royaume-Uni, et toujours dans le secteur énergétique, l'action BP se dépréciait suite aux résultats trimestriels décevants de l'entreprise. Au quatrième trimestre, son bénéfice hors éléments exceptionnels s'élevait à 4,38 milliards USD, en deçà des 4,7 milliards attendus. Le groupe anticipe une sortie de récession économique lente et progressive.

A Bruxelles, au sein du Bel20, KBC affichait une belle progression sur base de rumeurs selon lesquelles le banc-assureur aurait l'intention de céder son courtier déficitaire au Japon. Les négociations de vente serait bien avancées, selon ces rumeurs.
Hors indice, D'Ieteren surfait toujours sur la nouvelle annoncée hier que le groupe avait réussi à augmenter sa part de marché en Belgique de 18,7% à 21,3% pour le mois de janvier.

En revanche, le secteur télécom avec Mobistar et Belgacom était en net recul. Le régulateur exige des réductions de tarifs facturés pour l'accès aux réseaux d'opérateurs concurrents. Cette décision pourrait avoir pour résultat une baisse de ces tarifs de 38% chez Belgacom et 46% chez Mobistar. Les opérateurs ont six semaines pour faire appel.

Les grands indices américains ont terminé la séance d'hier sur une note optimiste, soutenus par des statistiques rassurantes concernant les dépenses et les revenus du consommateur américain et l'expansion du secteur industriel.

Vu l'humeur plutôt enthousiaste des opérateurs concernant la reprise économique, le baril de pétrole brut s'appréciait de 1,03% à 75,20 USD le baril.

Les données statistiques encourageantes publiées hier aux USA incitaient les opérateurs à faire leurs emplettes. De nouvelles données américaines, cette fois concernant l'immobilier, sont attendues plus tard dans la journée. Plus près de chez nous, les ventes au détail allemandes pour le mois de décembre signalaient une amélioration, tandis que les prix à la production dans la zone euro en décembre ne signalaient pas de risque d'inflation. En France, l'action Technip, société para-pétrolière, bénéficiait de spéculations selon lesquelles le groupe pourrait recevoir jusqu'à 600 million EUR de commandes pour la construction de trois sites de stockage de gaz naturel en Allemagne. En revanche, au Royaume-Uni, et toujours dans le secteur énergétique, l'action BP se dépréciait suite aux résultats trimestriels décevants de l'entreprise. Au quatrième trimestre, son bénéfice hors éléments exceptionnels s'élevait à 4,38 milliards USD, en deçà des 4,7 milliards attendus. Le groupe anticipe une sortie de récession économique lente et progressive. A Bruxelles, au sein du Bel20, KBC affichait une belle progression sur base de rumeurs selon lesquelles le banc-assureur aurait l'intention de céder son courtier déficitaire au Japon. Les négociations de vente serait bien avancées, selon ces rumeurs. Hors indice, D'Ieteren surfait toujours sur la nouvelle annoncée hier que le groupe avait réussi à augmenter sa part de marché en Belgique de 18,7% à 21,3% pour le mois de janvier. En revanche, le secteur télécom avec Mobistar et Belgacom était en net recul. Le régulateur exige des réductions de tarifs facturés pour l'accès aux réseaux d'opérateurs concurrents. Cette décision pourrait avoir pour résultat une baisse de ces tarifs de 38% chez Belgacom et 46% chez Mobistar. Les opérateurs ont six semaines pour faire appel. Les grands indices américains ont terminé la séance d'hier sur une note optimiste, soutenus par des statistiques rassurantes concernant les dépenses et les revenus du consommateur américain et l'expansion du secteur industriel. Vu l'humeur plutôt enthousiaste des opérateurs concernant la reprise économique, le baril de pétrole brut s'appréciait de 1,03% à 75,20 USD le baril.