Publigaz, qui disposait jusque-là d'une participation de 31,25%, cède donc une tranche de 6,25 % au pétrolier italien ENI qui, pour rappel, a repris en 2008 la participation majoritaire de Suez dans Distrigas. La Commission européenne avait en effet contraint le groupe Suez à se défaire de ses intérêts dans Distrigas pour pouvoir fusionner avec Gaz de France. Cette baisse de participation de Publigaz dans Distrigas, qui selon les sites internet du Tijd et de L'Echo, représente une manne de 400 millions d'euros, doit permettre au holding de financer sa prise de participation majoritaire en Fluxys "sans faire appel à ses actionnaires", précise le holding. Fluxys est le gestionnaire du réseau gazier belge. Le conseil d'administration de Publigaz "a longuement examiné l'ensemble des éléments pouvant conduire à un désinvestissement plus important ou complet de Distrigas", explique le communiqué. Parmi ces éléments, figurent "la contribution potentielle de cette participation à la sécurité d'approvisionnement du pays, le niveau de soutien apporté par le gouvernement fédéral à une telle contribution, la volonté d'ENI de nouer un partenariat rentable avec Publigaz et l'intérêt financier des actionnaires de Publigaz dans le contexte de la crise financière actuelle". Le conseil d'administration de Publigaz a aussi décidé de se réunir le 4 mars prochain pour prendre une décision sur un désinvestissement complémentaire dans le cadre de l'OPA menée par Eni et sur base d'une évaluation définitive des divers éléments rappelés ci-dessus, annonce enfin le holding communal.

Publigaz, qui disposait jusque-là d'une participation de 31,25%, cède donc une tranche de 6,25 % au pétrolier italien ENI qui, pour rappel, a repris en 2008 la participation majoritaire de Suez dans Distrigas. La Commission européenne avait en effet contraint le groupe Suez à se défaire de ses intérêts dans Distrigas pour pouvoir fusionner avec Gaz de France. Cette baisse de participation de Publigaz dans Distrigas, qui selon les sites internet du Tijd et de L'Echo, représente une manne de 400 millions d'euros, doit permettre au holding de financer sa prise de participation majoritaire en Fluxys "sans faire appel à ses actionnaires", précise le holding. Fluxys est le gestionnaire du réseau gazier belge. Le conseil d'administration de Publigaz "a longuement examiné l'ensemble des éléments pouvant conduire à un désinvestissement plus important ou complet de Distrigas", explique le communiqué. Parmi ces éléments, figurent "la contribution potentielle de cette participation à la sécurité d'approvisionnement du pays, le niveau de soutien apporté par le gouvernement fédéral à une telle contribution, la volonté d'ENI de nouer un partenariat rentable avec Publigaz et l'intérêt financier des actionnaires de Publigaz dans le contexte de la crise financière actuelle". Le conseil d'administration de Publigaz a aussi décidé de se réunir le 4 mars prochain pour prendre une décision sur un désinvestissement complémentaire dans le cadre de l'OPA menée par Eni et sur base d'une évaluation définitive des divers éléments rappelés ci-dessus, annonce enfin le holding communal.