Ce rapport préliminaire s'inscrit dans une procédure en dommages et intérêts introduite en juillet 2003 par KPN Group Belgium et plus tard également par Mobistar, contre Belgacom Mobile, indique Belgacom lundi dans un communiqué.

Les deux opérateurs accusent Belgacom d'avoir appliqué des charges de terminaison -les charges que tout opérateur doit payer à un autre opérateur pour terminer ses appels sur le réseau de celui-ci- trop élevées et d'avoir également abusé d'une position dominante en appliquant des tarifs de détail trop bas pour les appels on-net (appels de Proximus à Proximus).

Belgacom, qui souligne qu'il s'agit d'un rapport préliminaire, maintient "qu'aucune faute ne peut lui être reprochée" et demandera dès lors que l'action poursuivie par KPN Group Belgium et Mobistar "soit déclarée non fondée".

Belgacom précise encore qu'il fera parvenir "ses observations et critiques détaillées portant sur tous les aspects de l'affaire en cours".

Ce rapport préliminaire s'inscrit dans une procédure en dommages et intérêts introduite en juillet 2003 par KPN Group Belgium et plus tard également par Mobistar, contre Belgacom Mobile, indique Belgacom lundi dans un communiqué. Les deux opérateurs accusent Belgacom d'avoir appliqué des charges de terminaison -les charges que tout opérateur doit payer à un autre opérateur pour terminer ses appels sur le réseau de celui-ci- trop élevées et d'avoir également abusé d'une position dominante en appliquant des tarifs de détail trop bas pour les appels on-net (appels de Proximus à Proximus). Belgacom, qui souligne qu'il s'agit d'un rapport préliminaire, maintient "qu'aucune faute ne peut lui être reprochée" et demandera dès lors que l'action poursuivie par KPN Group Belgium et Mobistar "soit déclarée non fondée". Belgacom précise encore qu'il fera parvenir "ses observations et critiques détaillées portant sur tous les aspects de l'affaire en cours".