Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en septembre, nouveau contrat de référence, a terminé à 65,40 dollars, en recul de 21 cents par rapport à son cours de clôture de mardi.

En nette baisse à l'ouverture, les cours ont connu une évolution
erratique après la publication des statistiques hebdomadaires du
département américain de l'Energie (DoE), ressorties "conformes aux attentes", ont relevé les analystes de Morgan Stanley.

Le DoE a fait état d'une baisse des stocks de brut de 1,8 million de barils la semaine dernière, compensée par une hausse des réserves de produits raffinés.

"L'évolution sur un an de la demande s'améliore", ont noté ces
analystes. "Mais la demande reste faible et les stocks de produits
pétroliers ont progressé malgré des raffineries qui ont fonctionné à des cadences plus faibles que prévu", ont-il ajouté.

Sur les quatre dernières semaines, la consommation de produits
pétroliers des Américains s'établit en moyenne à 18,6 millions de barils par jour, soit une baisse qui se modère à 4,8% par rapport à la même période de 2008. La consommation d'essence, très surveillée l'été, période de grands déplacements en voiture, a elle augmenté de 0,7%.

"Les stocks de produits raffinés augmentent tous à des niveaux
extrêmes", a souligné Nic Brown, de Natixis. "Même les stocks d'essence approchent de leur plus haut niveau depuis 10 ans pour la saison."

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en septembre, nouveau contrat de référence, a terminé à 65,40 dollars, en recul de 21 cents par rapport à son cours de clôture de mardi.En nette baisse à l'ouverture, les cours ont connu une évolution erratique après la publication des statistiques hebdomadaires du département américain de l'Energie (DoE), ressorties "conformes aux attentes", ont relevé les analystes de Morgan Stanley.Le DoE a fait état d'une baisse des stocks de brut de 1,8 million de barils la semaine dernière, compensée par une hausse des réserves de produits raffinés."L'évolution sur un an de la demande s'améliore", ont noté ces analystes. "Mais la demande reste faible et les stocks de produits pétroliers ont progressé malgré des raffineries qui ont fonctionné à des cadences plus faibles que prévu", ont-il ajouté.Sur les quatre dernières semaines, la consommation de produits pétroliers des Américains s'établit en moyenne à 18,6 millions de barils par jour, soit une baisse qui se modère à 4,8% par rapport à la même période de 2008. La consommation d'essence, très surveillée l'été, période de grands déplacements en voiture, a elle augmenté de 0,7%."Les stocks de produits raffinés augmentent tous à des niveaux extrêmes", a souligné Nic Brown, de Natixis. "Même les stocks d'essence approchent de leur plus haut niveau depuis 10 ans pour la saison."