Le premier rassemble des mesures directement liées à l'évolution du marché de l'énergie solaire et vise à remodeler les opérations globales 'fil à scier' (pour la fabrication de panneaux photovoltaïque), avec un impact sur les activités en Belgique et en Chine.

Le second volet du plan de restructuration a pour objectif d'améliorer substantiellement les structures du groupe.

Au total, Bekaert va supprimer 1850 emplois (dont 600 en Belgique) et a pour objectif d'économiser 100 millions EUR par an. L'annonce est toutefois loin de susciter l'enthousiasme des investisseurs qui craignent que ce plan de restructuration soit le signe d'une nouvelle détérioration de la rentabilité du groupe. Les bénéfices de Bekaert ont en effet déjà chuté l'année dernière en raison notamment du plongeon des prix de vente du " fil à scier " dans le secteur de l'énergie solaire. Nous ne pouvons que partager ces craintes à court terme.

Le premier rassemble des mesures directement liées à l'évolution du marché de l'énergie solaire et vise à remodeler les opérations globales 'fil à scier' (pour la fabrication de panneaux photovoltaïque), avec un impact sur les activités en Belgique et en Chine. Le second volet du plan de restructuration a pour objectif d'améliorer substantiellement les structures du groupe.Au total, Bekaert va supprimer 1850 emplois (dont 600 en Belgique) et a pour objectif d'économiser 100 millions EUR par an. L'annonce est toutefois loin de susciter l'enthousiasme des investisseurs qui craignent que ce plan de restructuration soit le signe d'une nouvelle détérioration de la rentabilité du groupe. Les bénéfices de Bekaert ont en effet déjà chuté l'année dernière en raison notamment du plongeon des prix de vente du " fil à scier " dans le secteur de l'énergie solaire. Nous ne pouvons que partager ces craintes à court terme.