Les volumes totaux de bière ont enregistré une baisse de 1,1 pc à 105,22 millions d'hectolitres. Le chiffre d'affaires a atteint 9.501 millions d'euros, en hausse de 1,4 pc. Le groupe brassicole figure par ailleurs bien en avance sur ses prévisions d'économie d'un milliard de dollars pour l'année 2009 puisqu'après six mois, le compteur affiche déjà 610 millions de dollars d'économies. L'EBITDA est ressorti à 3.596 millions de dollars, contre 3.262 millions attendus, en hausse de 18,5 pc par rapport au deuxième trimestre 2008. L'EBIT a atteint pour sa part 2.901 millions de dollars alors que le marché s'attendait à 2.522 millions seulement.

La marge EBITDA a bondi à 37,9 pc, contre 30,4 pc l'année dernière et seulement 33 pc prévu par les analystes. Au final, AB InBev a réalisé un bénéfice net normalisé de 1.134 millions de dollars à comparer à 836 millions atteints au deuxième trimestre 2008. Pour 2009, AB InBev ne donne pas de prévisions chiffrées mais indique entamer le second semestre 2009 sur un élan fort en termes d'exploitation.

Carlos Brito, CEO du groupe, estime toutefois que de nombreux défis restent à affronter. "Le secteur de la bière, bien que résistant sur la plupart de nos marchés clés, n'est pas à l'abri des pressions économiques", prévient-il. Sur le marché belge, InBev Belgium a annoncé, jeudi également, avoir gagné de nouvelles parts de marché au cours du premier semestre 2009, notamment grâce aux bonnes performances de la marque Jupiler. En comparaison avec la même période de l'année passée, les volumes de Jupiler ont connu une augmentation de 2 pc, et ce, dans un marché de la bière qui est encore toujours en baisse, relève la filiale belge.

La dernière née de Jupiler, la Tauro, lancée en octobre 2008, remporte un joli succès en grande surface et dans l'horeca où la bière est proposée dans près d'un café sur cinq en Belgique. Outre Jupiler, Hoegaarden et Leffe complètent le trio de tête des marques de bière préférées des Belges, selon InBev Belgium.