"Le bilan peut être fait d'un premier semestre que l'on qualifiera de difficile. Le cashflow opérationnel (Ebidta) reste largement positif mais Roularta notera pour ce premier semestre une perte nette due à la baisse des revenus publicitaires dans la division magazines - une conséquence directe de la crise - à des frais exceptionnels et à une dépréciation de goodwill", indique notamment le groupe de presse.

Néanmoins, "le marché publicitaire peut progressivement reprendre pied, et il se peut que le plancher soit atteint", poursuit-il tout en affirmant ne pas tenir compte de cette éventualité dans ses prévisions pour 2009. Le second semestre s'annonce toutefois meilleur "grâce aux réorganisations et améliorations de l'efficacité évoquées. Les coûts y afférents ont déjà été enregistrés au premier semestre", précise Roularta qui s'attend dès lors à un résultat net positif au second semestre.