"Vu la situation actuelle et ce qu'il se passe sur le terrain, nous sommes très heureux que la sécurité d'emploi soit prolongée", a déclaré Dirk De Backere, le secrétaire du conseil d'entreprise.

Par ailleurs, les départs naturels, qui concernent quelque 700 personnes chaque année, seront compensés par de nouveaux engagements, ont indiqué les syndicats.

Ces derniers ont également annoncé avoir conclu des conventions collectives de travail relatives à l'organisation du réseau d'agences et aux rémunérations. Concrètement, le nombre de bureaux ne sera pas revu à la baisse mais leur efficacité et leur accessibilité seront passées à la loupe. Quant aux salaires, ils seront soumis à l'application complète de l'accord interprofessionnel. En d'autres termes, les travailleurs bénéficieront de 375 euros sur 2 ans, sous forme d'éco-chèques, d'une adaptation des chèques-repas et d'une prime unique.

Par ces accords, KBC "tient à préserver sa position concurrentielle sur le marché du travail et à accroître l'orientation-client tout en améliorant graduellement les conditions de travail après les importantes concessions consenties par le personnel en 2008 et 2009. En effet, même après l'introduction de ces CCT, la rémunération globale restera inférieure au niveau de 2007", conclut la banque.

"Vu la situation actuelle et ce qu'il se passe sur le terrain, nous sommes très heureux que la sécurité d'emploi soit prolongée", a déclaré Dirk De Backere, le secrétaire du conseil d'entreprise.Par ailleurs, les départs naturels, qui concernent quelque 700 personnes chaque année, seront compensés par de nouveaux engagements, ont indiqué les syndicats.Ces derniers ont également annoncé avoir conclu des conventions collectives de travail relatives à l'organisation du réseau d'agences et aux rémunérations. Concrètement, le nombre de bureaux ne sera pas revu à la baisse mais leur efficacité et leur accessibilité seront passées à la loupe. Quant aux salaires, ils seront soumis à l'application complète de l'accord interprofessionnel. En d'autres termes, les travailleurs bénéficieront de 375 euros sur 2 ans, sous forme d'éco-chèques, d'une adaptation des chèques-repas et d'une prime unique.Par ces accords, KBC "tient à préserver sa position concurrentielle sur le marché du travail et à accroître l'orientation-client tout en améliorant graduellement les conditions de travail après les importantes concessions consenties par le personnel en 2008 et 2009. En effet, même après l'introduction de ces CCT, la rémunération globale restera inférieure au niveau de 2007", conclut la banque.