Dans un premier temps, Mithra a annoncé l'arrêt du développement du PériNesta, un traitement de la périménopause. La société entend désormais cibler celle-ci avec ses deux autres programmes à base d'Estetrol, un oestrogène d'origine naturelle. A savoir la pilule contraceptive Estelle et le traitement de la ménopause Donesta dont l'étude clinique de phase 3 a ...

Dans un premier temps, Mithra a annoncé l'arrêt du développement du PériNesta, un traitement de la périménopause. La société entend désormais cibler celle-ci avec ses deux autres programmes à base d'Estetrol, un oestrogène d'origine naturelle. A savoir la pilule contraceptive Estelle et le traitement de la ménopause Donesta dont l'étude clinique de phase 3 a pris du retard en Europe en raison de problèmes de recrutement de patientes. Dans un second temps, Mithra a dévoilé des résultats décevants pour l'étude clinique évaluant l'efficacité de l'Estetrol dans le traitement du Covid-19. Le Coronesta n'a pas fait mieux que le placebo. En Bourse, ces deux mauvaises nouvelles ont plombé le titre. Mithra a ainsi chuté à son plus bas de l'année, ayant perdu la moitié de sa valeur depuis le sommet de 2018, malgré l'annonce des premières ventes de sa pilule Estelle. Lancé commercialement aux Etats-Unis, puis au Canada et quelques pays européens, le programme a généré un chiffre d'affaires de 6,3 millions d'euros au deuxième trimestre. Difficile de conclure une tendance en cette phase de lancement. Mayne Pharma, son partenaire de commercialisation aux Etats-Unis, évoque ainsi 5.000 femmes essayant le Nextstellis, nom commercial de l'Estelle aux Etats-Unis, grâce aux 37.000 échantillons distribués aux 20.000 praticiens démarchés. Le principal enjeu pour Mithra et ses partenaires est de parvenir à convaincre malgré le surcoût et la combinaison d'Estetrol avec de la drospirénone. Cette dernière est suspectée d'être à l'origine des effets secondaires thrombotiques (thrombose, caillots sanguins, etc.) des pilules de quatrième génération.