Cofinimmo est la plus grande et la plus diversifiée de toutes les sicafis. À la fin septembre, son patrimoine immobilier était valorisé à 3,3 milliards d'euros dont 47% dans les bureaux -essentiellement à Bruxelles-, 35% dans les maisons de repos (et cliniques), 16% dans les réseaux de distribution (cafés de AB InBev et agences de la MAAF) et 2% de divers (notamment un pôle partenariats public-privé en plein développement).

Ces dernières années, Cofinimmo a également étendu son empreinte géographique à la France (16% du portefeuille : maisons de repos, agences MAAF) et aux Pays-Bas (5% du portefeuille : cafés de AB InBev et une clinique). Cette double diversification a permis à Cofinimmo de largement réduire sa dépendance au marché des bureaux bruxellois où les prix continuent de baisser en raison d'un taux d'inoccupation élevé. Sur les 9 premiers mois de l'année, le portefeuille de bureaux de la sicafi a ainsi perdu 1,56% de sa valeur. Cofinimmo s'en sort toutefois mieux que la moyenne grâce à la location d'un tiers de ses bureaux à des locataires publiques (plus stables) et à d'autres mesures comme la transformation de deux immeubles en appartements avec rez-de-chaussée commercial.

Dans les maisons de repos (et cliniques), Cofinimmo a enregistré une plus-value de 2,21% entre janvier et septembre, signe que ce segment porteur en raison du vieillissement continue à être bien orienté. Pour les sociétés immobilières, le segment des maisons de repos présente de plus l'avantage d'un faible vide locatif en raison des baux de longue durée contractés par les exploitants.

Globalement, Cofinimmo a pu confirmer ses prévisions d'un résultat net courant par action de 7,47 euros cette année lui permettant de verser un dividende stable de 6,50 euros brut. Grâce à sa diversification, la sicafi ne devrait éprouver aucune peine à au moins maintenir ce versement à l'avenir. En termes nets, cela représentera un dividende de 4,875 euros (rendement de 5,6%) étant donné le précompte mobilier de 25% qui sera d'applications dès le 1er janvier.

Cédric Boitte

www.accioz.be