Les grands fonds flexibles ont continué d'assurer leur double rôle durant les premiers mois de 2021, à savoir une défense du patrimoine des investisseurs (très peu de fonds ont reculé) combinée à une progression stable des actifs sous gestion. Nous avons repris pour notre tableau une sélection de fonds fortement présents dans les portefeuilles des particuliers belges, ainsi que quelques autres moins connus. Ces produits ont progressé en moyenne de 4,1% depuis le début de l'année.
...

Les grands fonds flexibles ont continué d'assurer leur double rôle durant les premiers mois de 2021, à savoir une défense du patrimoine des investisseurs (très peu de fonds ont reculé) combinée à une progression stable des actifs sous gestion. Nous avons repris pour notre tableau une sélection de fonds fortement présents dans les portefeuilles des particuliers belges, ainsi que quelques autres moins connus. Ces produits ont progressé en moyenne de 4,1% depuis le début de l'année. Les fonds plus exposés sur les marchés boursiers ont également dégagé les meilleures performances durant les cinq premiers mois de 2020, et notamment le R-co Valor géré par Yoann Ignatiew (Rothschild Gestion) qui confirme sa capacité à traverser les crises, avec un profil toutefois beaucoup plus risqué que la moyenne des autres fonds repris dans le tableau."Nous avons une grande liberté dans la sélection des titres dans ce portefeuille, assure Yoann Ignatiew. Durant les cinq dernières années, l'évolution la plus notable a été l'augmentation de notre allocation sur la thématique du consommateur chinois. Il s'agit d'une tendance de très long terme qui a encore de belles années devant elle. Le positionnement sur ce segment du marché devrait permettre de protéger le portefeuille d'une guerre commerciale avec les Etats-Unis, qui ne devrait aller qu'en se renforçant, même si le style de l'administration Biden sera plus feutré que celui adopté par Donald Trump." Durant les cinq premiers mois de 2021, les fonds flexibles ont continué d'attirer un grand nombre de nouveaux clients. La plupart de ceux présents dans notre échantillon ont ainsi vu leurs actifs sous gestion progresser, et les flux continuent de se diriger principalement vers certains produits comme R-co Valor, NN Patrimonial Agressive, Pictet Multi-Asset Global Opportunities (MAGO) ou Flossbach von Storch Multiple Opportunities. Le début de l'année a également permis de confirmer la stabilisation des actifs sous gestion chez Carmignac Patrimoine autour de 13 milliards d'euros (en combinant les encours recensés dans les fonds français et luxembourgeois). Didier Saint-Georges, membre du comité d'investissement stratégique chez Carmignac, souligne que le principal défi posé aux gestionnaires de fonds flexibles est la manière dont l'accélération des tensions inflationnistes va impacter la performance des fonds mixtes durant les prochains mois. "Il ne fait aucun doute que nous allons avoir une accélération de l'inflation durant les prochains mois aux Etats-Unis. L'Europe est moins avancée dans ce processus de réouverture des économies, de sorte que l'arrivée de ces tensions inflationnistes sera moins rapide." Didier Saint-Georges précise qu'il faut donc aujourd'hui incorporer un redressement rapide de l'activité économique pour 2021 et 2022, mais avec une inflation américaine qui pourrait durablement progresser. "La hausse des taux obligataires devrait se poursuivre durant les prochains mois, et il faut donc d'ores et déjà être très sélectif sur la dette d'entreprise. Il faut toutefois aussi se positionner pour un scénario de ralentissement de la croissance accompagnée d'une inflation élevée, en privilégiant une exposition sur les secteurs défensifs qui seront à même de garantir leurs marges et qui ont une capacité à fixer leurs prix de vente." Dans cette optique, la technologie doit donc rester une composante centrale de l'allocation d'actifs d'un portefeuille flexible comme Carmignac Patrimoine. Pour Guy Wagner, gestionnaire du fonds BL Global Flexible, il est toutefois aujourd'hui difficile d'affirmer que nous allons assister à un changement structurel en matière d'inflation. La volonté des autorités monétaires de maintenir les taux à des niveaux très bas constitue un élément qui devrait rester favorable aux marchés boursiers, d'où une exposition du fonds sur ces marchés qui reste élevée (autour de 70%). "Nous continuons d'apprécier les valeurs de croissance qui vont continuer de bénéficier de cet environnement, explique Guy Wagner. Nous apprécions également les valeurs de qualité qui sont restées en retrait de la hausse de ces deux dernières années et qui affichent désormais des valorisations attractives. Enfin, nous apprécions aussi les valeurs défensives avec rendements élevés comme alternative aux placements obligataires."