Cette progression s'explique par les ventes de nouveaux modèles, a précisé le producteur de GSM. Son chiffre d'affaires a pour sa part progressé de 4 pc pour atteindre 1,75 milliard d'euros. D'avril à juin, le groupe a vendu quelque 11 millions de téléphones portables, en hausse de 5 pc par rapport au premier trimestre de 2010 mais en recul de 20 pc en rythme annuel. Par ailleurs, le prix moyen d'un appareil s'est élevé à 160 euros, dopé par les smartphones qui ont le vent en poupe après une année 2009 difficile. Fin juin, 7.800 personnes travaillaient pour Sony Ericsson. Depuis mi-2008, l'entreprise a supprimé quelque 4.000 emplois.