Le chiffre d'affaires est passé de 108,9 millions d'euros à 99,9 millions d'euros, et le bénéfice atteint 7,49 millions, contre 7,65 millions un an plus tôt. Le bénéfice opérationnel récurrent est pour sa part en légère hausse (+0,5%) à 9,38 millions d'euros. Le cash flow est en hausse de 1% à 15,633 millions d'euros. "Le repli des ventes reflète le recul global de la consommation d'eau embouteillée qui s'est poursuivi durant ce premier semestre 2009 sur tous les principaux marchés où le groupe Spadel opère", explique Spadel.

L'eau plate semble plus particulièrement affectée. Spadel y voit "un glissement des habitudes de consommation" notamment dû à la récession économique actuelle. En Belgique, le marché total des eaux embouteillées a reculé de 7,6% par rapport au premier semestre 2008, mais les eaux minérales de SPA et BRU ont globalement renforcé leurs parts de marché dans le secteur de la consommation à domicile. Aux Pays-Bas les parts de marché de SPA se sont, en revanche, sensiblement érodées. En France et en Grande-Bretagne, la société connaît une stabilisation des ventes.

Au niveau opérationnel, Spadel a notamment pu compter sur la baisse des prix pétroliers ce qui a permis de réduire sensiblement les coûts d'approvisionnement en plastique PET. Spadel est prudent pour l'avenir vu la conjoncture, mais prévoit un résultat d'exploitation récurrent en 2009 comparable à celui enregistré en 2008.