Cette note attribuée à la dette de long terme du pays, la quatrième sur une échelle de 21, correspond à un emprunteur généralement fiable. Elle est assortie d'une "perspective négative", indiquant que S&P envisage de l'abaisser encore. "Le coût budgétaire projeté du soutien par l'Etat irlandais du secteur financier du pays s'est considérablement accru par rapport à nos estimations initiales", a affirmé l'agence dans un communiqué. "Un nouvel abaissement est possible si ce coût augmente encore, ou si d'autres événements économiques négatifs affaiblissent la capacité du gouvernement à atteindre ses objectifs budgétaires de moyen terme", a-t-elle ajouté. "Au vu de l'annonce récente de nouvelles injections dans le capital d'Anglo Irish Bank, nos dernières projections montrent que la dette publique de l'Irlande va augmenter à 113% du produit intérieur brut en 2012", a précisé S&P. La Commission européenne, gardienne de la concurrence en Europe, avait autorisé le 10 août à titre provisoire une troisième recapitalisation d'urgence de cette banque irlandaise, à hauteur de 8,6 milliards d'euros, qui pourrait être portée à 10,1 milliards. Une autre agence de notation, Moody's, avait abaissé le 19 juillet la note de l'Irlande, à "Aa2", le troisième cran dans son échelle.