Le groupe suisse se montre le plus généreux des trois repreneurs cette semaine avec une prime de près de 70% par rapport au cours de clôture de ce jeudi. Comme Iris, Devgen a toutefois connu des cours plus élevés dans le passé, l'action ayant valu plus de 20 euros avant la crise en 2007.

Depuis, la société agrobiotechnologique a toutefois déçu, ses ventes de semis n'ayant pas encore réellement décollé en Asie. Devgen avait toutefois trouvé un partenaire pour son nématicide, un produit contre les nématodes ravageant de nombreuses cultures. Ce partenaire n'était autre que Syngenta, leader mondial des produits de protection des plantes.

Le groupe suisse a sûrement profité de cet accord pour s'intéresser aux semis de Devgen. Syngenta investit en effet depuis plusieurs années dans ce segment de marché dominé par Monsanto avec qui Devgen avait noué un partenariat qui a expiré l'année dernière.

Dans le contexte actuel, il ne semble pas y avoir de meilleure option pour les investisseurs que d'accepter l'offre de Syngenta, qui est déjà un partenaire important de la société.

Cédric Boitte

www.accioz.be