L'opération n'a pas encore été confirmée mais cela n'est sans doute qu'une question de temps. T-Mobile USA et Metro PCS vont s'allier dans une entité commune qui sera détenue majoritairement par Deutsche Telekom. En fusionnant, les quatrième et cinquième opérateurs mobiles des États-Unis resteront toutefois coincés à quatrième place avec 42 millions de clients (dont 33 millions de T-Mobile USA), derrière Sprint Nextel (56 millions) et loin derrière AT&T et Verizon qui en comptent plus de 100 millions.

Le nouvel opérateur fusionné n'atteint donc pas la taille critique de ses deux plus grands concurrents et continue de souffrir des mêmes maux que T-Mobile USA, à savoir un retard dans le développement de la technologie LTE et l'absence de l'iPhone. Le seul avantage pour la filiale américaine de l'opérateur allemand est un réseau plus développé géographiquement mais cela sera sans doute insuffisant pour infléchir la tendance actuelle qui lui a fait perdre 10% de ses clients en deux ans.

L'opération pourrait par contre s'avérait plus intéressante pour Deutsche Telekom qui pourrait en profiter pour introduire la nouvelle entité en Bourse de façon à lever des fonds et à faciliter un rachat ultérieur.

Cédric Boitte

www.accioz.be

L'opération n'a pas encore été confirmée mais cela n'est sans doute qu'une question de temps. T-Mobile USA et Metro PCS vont s'allier dans une entité commune qui sera détenue majoritairement par Deutsche Telekom. En fusionnant, les quatrième et cinquième opérateurs mobiles des États-Unis resteront toutefois coincés à quatrième place avec 42 millions de clients (dont 33 millions de T-Mobile USA), derrière Sprint Nextel (56 millions) et loin derrière AT&T et Verizon qui en comptent plus de 100 millions.Le nouvel opérateur fusionné n'atteint donc pas la taille critique de ses deux plus grands concurrents et continue de souffrir des mêmes maux que T-Mobile USA, à savoir un retard dans le développement de la technologie LTE et l'absence de l'iPhone. Le seul avantage pour la filiale américaine de l'opérateur allemand est un réseau plus développé géographiquement mais cela sera sans doute insuffisant pour infléchir la tendance actuelle qui lui a fait perdre 10% de ses clients en deux ans.L'opération pourrait par contre s'avérait plus intéressante pour Deutsche Telekom qui pourrait en profiter pour introduire la nouvelle entité en Bourse de façon à lever des fonds et à faciliter un rachat ultérieur.Cédric Boittewww.accioz.be