La banque privilégie les actions par rapport aux obligations ? Forcément, comme tout le monde... Investment strategist chez Belfius Bank & Insurance, Olivier Fumière aborde toutefois les actions par le rendement de bénéfice et non de dividende. De quoi s'agit-il ? Tout simplement de l'inverse du rapport cours/bénéfice (P/E), autrement dit du bénéfice/cours, ou E/P. Cette approche reste relativement inhabituelle, en dépit de sa pertinence. En ne retenant que le rendement de dividende, le plus souvent mis en avant dans une comparaison avec les obligations, on néglige en effet la partie non distribuée du bénéfice, qui est réinvestie et viendra gonfler la valeur de l'action. "Alors que le rendement des obligations d'Etat est inférieur à 1 % en Belgique et d'à peine 0,4 % en Allemagne, le rendement E/P de l'indice Euro Stoxx dépasse les 7 %, avec un P/E de 13,8 ". C'est sans commune mesure, en effet ! Les actions sont dès lors incontournables, à condition d'avoir un horizon de placement d'au moins 10 ans, précise-t-il.
...