Liberty Global va donc (au moins provisoirement) se contenter de participation de 58,4% dans Telenet. Le groupe américain n'a en effet pas voulu entrer le jeu de surenchère dans lequel Telenet et ses actionnaires minoritaires auraient bien voulu l'entraîner.

Liberty Global n'a toutefois sans doute pas fait une croix définitive sur la reprise compète du câblo-opérateur flamand mais il va désormais prendre son temps. Il pourrait ainsi profiter au cours des prochains mois des plans de rachat d'actions propres de Telenet pour augmenter mécaniquement son poids dans le capital sans rien débourser.

Ensuite, le câblo américain attendra sans doute son heure sous la forme par exemple d'une revente d'un bloc d'actions par un des groupes financiers ayant accumulé une participation de plusieurs pour cent du capital ou d'une rechute du titre en Bourse, ce qui lui permettrait de ne pas devoir dépenser plus que ce qu'il souhaitait.

Cédric Boitte

www.accioz.be