Il s'agit d'une très bonne nouvelle pour le principal actionnaire de Telenet, le groupe américain Liberty Global, dont la participation passera mécaniquement de 50% à 61,2% du capital étant donné qu'il n'a pas l'intention d'apporter ses titres au rachat par Telenet. Liberty Global s'adjugera ainsi une plus grande part des futurs dividendes et facilite également une éventuelle revente, un acquéreur potentiel ne devant plus reprendre qu'à peine 38,8% du capital sur les marchés.

Il n'est par contre pas aussi certain que les petits actionnaires feront une bonne affaire. Ils sont certes assurés de pouvoir céder leurs titres à 35 euros durant les prochains mois mais l'endettement de Telenet va une nouvelle fois augmenter étant donné que le rachat va être financéé par de nouvelles dettes. Le câblo-opérateur indique ainsi viser un ratio dette nette/ebitda d'environ 4,5 contre une fourchette de 3,5 à 4,5 auparavant. Les dernières années ont pourtant démontré qu'un levier financier trop important pouvait devenir un réel handicap en cas de tensions sur les marchés financiers ou de résultats décevants.

Par ailleurs, ce rachat d'actions propres signifie également que Telenet a fait une croix sur Base que KPN vient de mettre en vente. Cela met d'ailleurs un terme à toute tentative de croissance externe de la part de Telenet, le groupe devant d'abord réduire son endettement désormais.

Cédric Boitte

www.accioz.be