Le début de la semaine boursière fut particulièrement positif avec toujours la demande d'aide espagnole dans le viseur... et pourtant rien ne vient.

Les rumeurs ont effectivement à nouveau dopé les marchés européens qui tablent désormais sur une demande d'aide au fonds de stabilité financière. A priori cette option passerait plus facilement auprès des Allemands et des Espagnols. Pourtant, malgré ces rumeurs d'une demande imminente, rien de concret n'a encore été annoncé ce vendredi.

Quelques résultats de sociétés ont soufflé tantôt le chaud et tantôt le froid sur les marchés, tout comme les indicateurs conjoncturels provenant des Etats-Unis. Nous avons entre autres eu des chiffres du chômage hebdomadaires décevants mais un marché immobilier qui semble doucement redresser l'échine.

Europe : Nokia-Carrefour

Aux actions, les résultats de sociétés publiés cette semaine ne furent pas toujours heureux.

Carrefour fait partie des bonnes surprises de la semaine avec notamment la vente de ses actifs en Colombie.

Nokia a publié des chiffres légèrement supérieurs aux attentes mais qui restent loin d'être bons. La perte par action non-IFRS ressort à 0,07 euro, une performance supérieure aux attentes des analystes qui visaient en moyenne -0,11 euro.

Face à la concurrence de Samsung et d'Apple, le groupe n'a vendu que 6,3 millions de smartphones au cours du trimestre, alors que le consensus espérait des ventes avoisinant sept millions d'unités.

Europe : Crédit Agricole - Commerzbank

Le secteur bancaire s'est à nouveau raccroché à une demande d'aide hypothétique de l'Espagne.

On relève la contreperformance de Crédit Agricole qui a cédé sa filiale grecque pour un euro symbolique, ce qui lui coûtera 2 milliards EUR d'après les premières estimations.

Bruxelles : KBC-Nyrstar

A Bruxelles, les cycliques sont les grandes gagnantes de la semaine. Nyrstar a mené la danse pratiquement tout au long des cinq séances écoulées.

KBC a par contre fait les frais d'un placement privé d'actions qui fut paradoxalement un succès. Le groupe flamand a réussi un placement privé de 18,2 millions d'actions propres pour un produit brut de 350 millions d'euros.

Bruxelles : Thrombogenics-Deceuninck

Hors indice, Thrombogenics et Deceuninck ont fait parler d'eux cette semaine.

Thrombogenics a reçu le feu vert des autorités américaines (la FDA) pour la commercialisation de son produit ophtalmologique. La société biotech devrait lancer sa commercialisation dès janvier.

Deceuninck a pour sa part positivement surpris le marché en annonçant un chiffre d'affaires en croissance de 5,1% au troisième trimestre, après une longue série noire. Il note cependant un tassement de ses ventes en Europe occidentale, alors que la Turquie et les Etats-Unis expliquent la hausse de ses résultats.

Etats-Unis

La semaine fut ponctuée d'indicateurs conjoncturels soufflant le chaud et le froid.

Les chiffres de l'emploi sont loin d'être bons. Le ministère américain du Commerce a recensé le dépôt de 388.000 demandes d'allocations de chômage dans le pays du 7 au 13 octobre, en données corrigées des variations saisonnières, soit 13,5% de plus que la semaine précédente.

Etats-Unis : Citigroup-Google

Si le secteur bancaire semble tirer son épingle du jeu avec des résultats globalement supérieurs aux attentes, le secteur technologique accumule par contre les chiffres décevants.

Intel, IBM, Microsoft et Google ont toutes les quatre déçu les investisseurs par leurs chiffres et surtout leurs prévisions pour le reste de l'année.

Le début de la semaine boursière fut particulièrement positif avec toujours la demande d'aide espagnole dans le viseur... et pourtant rien ne vient.Les rumeurs ont effectivement à nouveau dopé les marchés européens qui tablent désormais sur une demande d'aide au fonds de stabilité financière. A priori cette option passerait plus facilement auprès des Allemands et des Espagnols. Pourtant, malgré ces rumeurs d'une demande imminente, rien de concret n'a encore été annoncé ce vendredi.Quelques résultats de sociétés ont soufflé tantôt le chaud et tantôt le froid sur les marchés, tout comme les indicateurs conjoncturels provenant des Etats-Unis. Nous avons entre autres eu des chiffres du chômage hebdomadaires décevants mais un marché immobilier qui semble doucement redresser l'échine.Europe : Nokia-CarrefourAux actions, les résultats de sociétés publiés cette semaine ne furent pas toujours heureux.Carrefour fait partie des bonnes surprises de la semaine avec notamment la vente de ses actifs en Colombie.Nokia a publié des chiffres légèrement supérieurs aux attentes mais qui restent loin d'être bons. La perte par action non-IFRS ressort à 0,07 euro, une performance supérieure aux attentes des analystes qui visaient en moyenne -0,11 euro.Face à la concurrence de Samsung et d'Apple, le groupe n'a vendu que 6,3 millions de smartphones au cours du trimestre, alors que le consensus espérait des ventes avoisinant sept millions d'unités.Europe : Crédit Agricole - CommerzbankLe secteur bancaire s'est à nouveau raccroché à une demande d'aide hypothétique de l'Espagne.On relève la contreperformance de Crédit Agricole qui a cédé sa filiale grecque pour un euro symbolique, ce qui lui coûtera 2 milliards EUR d'après les premières estimations.Bruxelles : KBC-NyrstarA Bruxelles, les cycliques sont les grandes gagnantes de la semaine. Nyrstar a mené la danse pratiquement tout au long des cinq séances écoulées.KBC a par contre fait les frais d'un placement privé d'actions qui fut paradoxalement un succès. Le groupe flamand a réussi un placement privé de 18,2 millions d'actions propres pour un produit brut de 350 millions d'euros.Bruxelles : Thrombogenics-DeceuninckHors indice, Thrombogenics et Deceuninck ont fait parler d'eux cette semaine.Thrombogenics a reçu le feu vert des autorités américaines (la FDA) pour la commercialisation de son produit ophtalmologique. La société biotech devrait lancer sa commercialisation dès janvier.Deceuninck a pour sa part positivement surpris le marché en annonçant un chiffre d'affaires en croissance de 5,1% au troisième trimestre, après une longue série noire. Il note cependant un tassement de ses ventes en Europe occidentale, alors que la Turquie et les Etats-Unis expliquent la hausse de ses résultats. Etats-UnisLa semaine fut ponctuée d'indicateurs conjoncturels soufflant le chaud et le froid.Les chiffres de l'emploi sont loin d'être bons. Le ministère américain du Commerce a recensé le dépôt de 388.000 demandes d'allocations de chômage dans le pays du 7 au 13 octobre, en données corrigées des variations saisonnières, soit 13,5% de plus que la semaine précédente.Etats-Unis : Citigroup-GoogleSi le secteur bancaire semble tirer son épingle du jeu avec des résultats globalement supérieurs aux attentes, le secteur technologique accumule par contre les chiffres décevants.Intel, IBM, Microsoft et Google ont toutes les quatre déçu les investisseurs par leurs chiffres et surtout leurs prévisions pour le reste de l'année.