General Motors a demandé la semaine dernière à être protégé de ses créanciers par la loi américaine ("chapter 11") tandis que Citigroup, qui est ressorti comme un des principaux perdants de la crise financière mondiale, a reçu de son côté le soutien de l'Etat américain.