Les sorties nettes de fonds sont restées considérables, mais inférieures à celles du 1er trimestre. Elles ont atteint 5,5 milliards de francs suisses dans le segment gestion de fortune et banque suisse (Wealth Management & Swiss Bank) et 2,6 milliards de francs pour la gestion de fortune américaine (Wealth Management Americas). Sur janvier-mars, ces sorties nettes avaient respectivement atteint 8,2 et 7,2 milliards de francs.

Au chapitre des perspectives l'UBS se montre prudente. "Les craintes relatives à la viabilité de la reprise économique mondiale pourraient continuer à alimenter la volatilité des marchés et les empêcher de prendre une direction précise, ce qui pourrait ralentir l'activité de la clientèle dans les différents secteurs", écrit la banque dans son communiqué de résultats.

Elle dit aussi "anticiper une baisse des revenus issus de commissions de gestion de portefeuille à cause du niveau inférieur des actifs investis à fin juin".

L'UBS se dit toutefois confiante dans sa stratégie et "table sur de

nouveaux progrès au cours des prochains trimestres".

Les sorties nettes de fonds sont restées considérables, mais inférieures à celles du 1er trimestre. Elles ont atteint 5,5 milliards de francs suisses dans le segment gestion de fortune et banque suisse (Wealth Management & Swiss Bank) et 2,6 milliards de francs pour la gestion de fortune américaine (Wealth Management Americas). Sur janvier-mars, ces sorties nettes avaient respectivement atteint 8,2 et 7,2 milliards de francs. Au chapitre des perspectives l'UBS se montre prudente. "Les craintes relatives à la viabilité de la reprise économique mondiale pourraient continuer à alimenter la volatilité des marchés et les empêcher de prendre une direction précise, ce qui pourrait ralentir l'activité de la clientèle dans les différents secteurs", écrit la banque dans son communiqué de résultats. Elle dit aussi "anticiper une baisse des revenus issus de commissions de gestion de portefeuille à cause du niveau inférieur des actifs investis à fin juin". L'UBS se dit toutefois confiante dans sa stratégie et "table sur de nouveaux progrès au cours des prochains trimestres".