Le premier médicament d'UCB issu de la compréhension du génome humain ne sera donc pas commercialisé pour l'indication de l'accélération des fractures osseuses. Le groupe biopharmaceutique et Amgen ont toutefois indiqué que cette décision n'avait rien à voir avec la sécurité du CDP7851.

Ce traitement expérimental est également développé pour le traitement de l'ostéoporose post-ménopause, les résultats de l'étude clinique de phase 3 étant attendus pour 2015 pour cette indication.

Il s'agit d'un des trois principaux médicaments composant le pipeline d'UCB avec le brivaracetam (contre l'épilepsie) et l'epratuzumab (contre le lupus).

Cédric Boitte

www.accioz.be