La crise économique offre aux entreprises qui conservent une force de frappe suffisante l'opportunité de faire la chasse aux acquisitions stratégiques. En outre, selon Axa Investment Managers, une vague d'acquisitions est un phénomène assez courant en période de reprise économique et de redressement des marchés financiers : "Les valorisations sont alléchantes et le coût du capital reste bas au début d'un cycle haussier, souligne Pol Pierret (Axa IM). Les volumes de transactions en fusions et acquisitions sont déjà comparables à 2003, soit la moyenne historique de ces neuf dernières années."

Delta Lloyd prévoit, de son côté, plusieurs avancées sur le marché des F&A pour les mois à venir : "Des entreprises qui ont un bilan sain et des modèles d'affaires robustes surfent sur la vague de la crise, indique Rik d'Hoest. De plus, la plupart des entreprises sont saines par rapport à 2000 et attendent comme des vautours l'opportunité de fondre sur une proie à des prix plancher."

Quant à savoir quelles sont les deux proies de rachat les plus probables de la Bourse de Bruxelles, deux noms arrivent en tête de liste : Umicore et Mobistar.

Umicore : vers une fusion avec Solvay ?

On spécule à nouveau sur une fusion entre Umicore et Solvay, à présent que le second dispose d'importantes liquidités. Umicore est cependant courtisé par d'autres groupes et "souffre d'une absence d'actionnaire de référence, avancent Rik d'Hoest et Pascale Nachtergaele. La possibilité d'acquérir une position dominante dans des métaux spéciaux de niche ou dans les pots catalytiques pourrait toujours intéresser un grand groupe chimique ou de matériaux."

"Depuis que BASF a mis la main sur Engelhard voici quelques années, il ne subsiste que deux entreprises indépendantes dans les pots catalytiques et les métaux spéciaux : Johnson Mattey et Umicore", cite Patrick Casselman (KBC).

Mobistar : dans le viseur de France Télécom et Telenet ?

Mobistar figure depuis longtemps sur la liste des proies potentielles des analystes. L'entreprise serait ainsi dans le viseur de son actionnaire majoritaire, France Télécom. Une acquisition par son concurrent Telenet est également envisagée. "La combinaison des activités de téléphonie, de téléphonie mobile, d'Internet et de télévision numérique est alléchante d'un point de vue stratégique", estiment les analystes interrogés.

Le principal obstacle à une acquisition est néanmoins France Télécom lui-même, actionnaire majoritaire de Mobistar avec 52,9 % du capital.

Ken Van Weyenberg

La crise économique offre aux entreprises qui conservent une force de frappe suffisante l'opportunité de faire la chasse aux acquisitions stratégiques. En outre, selon Axa Investment Managers, une vague d'acquisitions est un phénomène assez courant en période de reprise économique et de redressement des marchés financiers : "Les valorisations sont alléchantes et le coût du capital reste bas au début d'un cycle haussier, souligne Pol Pierret (Axa IM). Les volumes de transactions en fusions et acquisitions sont déjà comparables à 2003, soit la moyenne historique de ces neuf dernières années." Delta Lloyd prévoit, de son côté, plusieurs avancées sur le marché des F&A pour les mois à venir : "Des entreprises qui ont un bilan sain et des modèles d'affaires robustes surfent sur la vague de la crise, indique Rik d'Hoest. De plus, la plupart des entreprises sont saines par rapport à 2000 et attendent comme des vautours l'opportunité de fondre sur une proie à des prix plancher." Quant à savoir quelles sont les deux proies de rachat les plus probables de la Bourse de Bruxelles, deux noms arrivent en tête de liste : Umicore et Mobistar. Umicore : vers une fusion avec Solvay ? On spécule à nouveau sur une fusion entre Umicore et Solvay, à présent que le second dispose d'importantes liquidités. Umicore est cependant courtisé par d'autres groupes et "souffre d'une absence d'actionnaire de référence, avancent Rik d'Hoest et Pascale Nachtergaele. La possibilité d'acquérir une position dominante dans des métaux spéciaux de niche ou dans les pots catalytiques pourrait toujours intéresser un grand groupe chimique ou de matériaux." "Depuis que BASF a mis la main sur Engelhard voici quelques années, il ne subsiste que deux entreprises indépendantes dans les pots catalytiques et les métaux spéciaux : Johnson Mattey et Umicore", cite Patrick Casselman (KBC). Mobistar : dans le viseur de France Télécom et Telenet ? Mobistar figure depuis longtemps sur la liste des proies potentielles des analystes. L'entreprise serait ainsi dans le viseur de son actionnaire majoritaire, France Télécom. Une acquisition par son concurrent Telenet est également envisagée. "La combinaison des activités de téléphonie, de téléphonie mobile, d'Internet et de télévision numérique est alléchante d'un point de vue stratégique", estiment les analystes interrogés. Le principal obstacle à une acquisition est néanmoins France Télécom lui-même, actionnaire majoritaire de Mobistar avec 52,9 % du capital. Ken Van Weyenberg