La tension monte sur PSA Peugeot Citroën (Peugeot) dont les marchés attendent davantage que la confirmation de discussions son partenariat avec Dongfeng et une augmentation de capital de l'ordre de 3 milliards. Dongfeng, partenaire de Peugeot en Chine, et l'État français participeront au refinancement selon le gouvernement hexagonal.

À l'heure actuelle, on ne sait toutefois pas combien ils injecteront et quelle sera leur participation. Selon certaines rumeurs, leur contribution respective s'élèverait à 750 millions, correspondant à une participation de 14% sur la base d'un prix de souscription de 7,50 à 8 euros par action et tenant compte d'une augmentation de capital de 1,5 milliard sur les marchés .

Les 3 milliards ainsi levés par Peugeot serviraient à assurer son développement à moyen terme (internationalisation, gamme, plateformes, moteurs). Cependant, cela n'effacera pas le handicap de taille du constructeur automobile européen français qui plafonne à moins de 3 millions de véhicules par an, largués par les leaders mondiaux (Volkswagen, Toyota, General Motors, alliance Renault-Nissan) qui dépassent les 8 millions et même dépassé par Fiat qui dépasse les 4 millions. Ce n'est évidemment pas anodin au vu des coûts de développement élevés dans le secteur automobile.

Cédric Boitte