Le conflit entre la banque et son client porte sur une opération de "margin call", une demande d'apport de fonds additionnels, destinés à couvrir un mouvement des marchés à la baisse. A l'instar d'autres groupes bancaires, KBC a souffert de la crise et en particulier de ses investissements dans des CDO's (collateralized-debt-obligations). La banque a clôturé l'année 2008 sur une perte nette de 2,48 milliards d'euros.

Le conflit entre la banque et son client porte sur une opération de "margin call", une demande d'apport de fonds additionnels, destinés à couvrir un mouvement des marchés à la baisse. A l'instar d'autres groupes bancaires, KBC a souffert de la crise et en particulier de ses investissements dans des CDO's (collateralized-debt-obligations). La banque a clôturé l'année 2008 sur une perte nette de 2,48 milliards d'euros.