L'emploi diminuerait de 26.000 personnes, soit une baisse de 2,1%. La baisse de 2,2% du PIB wallon équivaudrait à perdre une année de croissance en dix ans. Dans un rapport qui sera présenté lundi à Liège lors d'un colloque organisé par la conférence permanente du développement territorial, des chercheurs de l'UCL (Creat) et de l'ULB (GUIDe) analysent le scénario d'une Wallonie confrontée à un doublement des prix pétroliers. "Un baril durablement établi à 170-190 dollars est une hypothèse crédible", estime le directeur de l'étude, Thierry Bréchet (UCL). La principale conclusion des chercheurs est qu'il faudra réorienter les politiques d'aménagement du territoire pour réduire les déplacements entre le domicile et le travail. Il faudra réduire les coûts liés à l'achat d'une maison tout en menant des politiques plus favorables au secteur locatif, préconise M. Bréchet. Il faudra également densifier les villes, mais en accompagnant cela d'une relocalisation des emplois, indique l'économiste de l'UCL.

L'emploi diminuerait de 26.000 personnes, soit une baisse de 2,1%. La baisse de 2,2% du PIB wallon équivaudrait à perdre une année de croissance en dix ans. Dans un rapport qui sera présenté lundi à Liège lors d'un colloque organisé par la conférence permanente du développement territorial, des chercheurs de l'UCL (Creat) et de l'ULB (GUIDe) analysent le scénario d'une Wallonie confrontée à un doublement des prix pétroliers. "Un baril durablement établi à 170-190 dollars est une hypothèse crédible", estime le directeur de l'étude, Thierry Bréchet (UCL). La principale conclusion des chercheurs est qu'il faudra réorienter les politiques d'aménagement du territoire pour réduire les déplacements entre le domicile et le travail. Il faudra réduire les coûts liés à l'achat d'une maison tout en menant des politiques plus favorables au secteur locatif, préconise M. Bréchet. Il faudra également densifier les villes, mais en accompagnant cela d'une relocalisation des emplois, indique l'économiste de l'UCL.