Selon le journal, M. Fetissov a déjà déposé une offre d'achat et n'allait pas, en cas de réussite, "se retirer du projet à court terme". "Pour moi, c'est tout d'abord un projet d'affaires: je vais développer le journal et garder son bloc de contrôle", a déclaré M. Fetissov à Kommersant, sans préciser le montant d'une éventuelle transaction. Selon lui, il va notamment attirer vers Le Monde des annonceurs russes intéressés par des investissements français. Le Monde cherche un repreneur qui devra massivement recapitaliser un groupe fortement endetté. Il a annoncé lundi avoir reçu deux offres d'investisseurs pour sa reprise, dont les montants avancés sont évalués de 80 à 120 millions d'euros. La première offre associe le mécène Pierre Bergé, le banquier d'affaires Matthieu Pigasse et le président de l'opérateur internet Free Xavier Niel. La seconde est constituée de Claude Perdriel, patron du newsmagazine le Nouvel Observateur, de l'opérateur France Télécom et de l'Espagnol Prisa (quotidien El Pais). Gleb Fetissov dont la fortune est estimée à 1,6 milliard de dollars, occupe la 42e place dans le classement des hommes les plus riches de Russie, établi en 2010 par le magazine Forbs.