"La fraude a été détectée en mars", explique Benoît Lempkowicz, un porte-parole de Febelfin. "Un millier de cartes de crédit auraient été piratées à l'insu de leur propriétaire. Seules les informations de la bande magnétique ont pu être copiées, et non celles de la puce électronique ou du code d'accès. Les cartes falsifiées n'ont ainsi pu être utilisées qu'à l'étranger. Le montant total des achats effectués avec ces cartes falsifiées s'élève à 1.200.000 euros", ajoute-t-il.

Par mesure de précaution, 45.000 cartes de crédit ont donc été bloquées. Dans les prochains jours, les différentes banques informeront les clients concernés, explique Febelfin dans son communiqué. Le secteur regrette les désagréments éventuels mais souligne qu'en cas de blocage des cartes de crédit, le client recevra automatiquement et gratuitement une nouvelle carte. S'ils souhaitent de plus amples informations, les clients peuvent s'adresser à leur banque.

Dans le cas présent, ils ne doivent pas appeler le service CardStop (070 344 344) pour faire bloquer leur carte: leur banque prendra automatiquement les mesures nécessaires et s'occupera elle-même du blocage. Enfin, en cas de plaintes, les clients peuvent s'adresser au service de médiation du secteur financier. L'unité du crime informatique de la police fédérale a été saisie, ainsi que le parquet fédéral, une plainte contre X ayant été déposée. Le parquet mène actuellement l'enquête.