Les banques Dexia, ING, KBC et Fortis assureraient ensemble un paquet de financement de quelque 30 millions d'euros, remboursable sur trois ans. Dans le même temps, Luc Tack, qui possède actuellement le contrôle de Picanol en même temps que Patrick Steverlynck, prendrait sur lui la plus grande part d'une augmentation de capital de 15 millions d'euros, croient savoir les deux quotidiens. Ce plan de financement, assuré aux deux tiers par les banques et à un tiers par les actionnaires, devrait permettre d'assumer les lourdes pertes annoncées de même que les coûts de la restructuration (115 suppressions d'emplois sont annoncées à Ypres). Le marché des métiers à tisser, très cyclique par nature, est particulièrement touché par les craintes de récession et la raréfaction du crédit, des éléments qui gèlent les investissements dans de nouvelles machines à tisser, avait indiqué Picanol en fin d'année.

Les banques Dexia, ING, KBC et Fortis assureraient ensemble un paquet de financement de quelque 30 millions d'euros, remboursable sur trois ans. Dans le même temps, Luc Tack, qui possède actuellement le contrôle de Picanol en même temps que Patrick Steverlynck, prendrait sur lui la plus grande part d'une augmentation de capital de 15 millions d'euros, croient savoir les deux quotidiens. Ce plan de financement, assuré aux deux tiers par les banques et à un tiers par les actionnaires, devrait permettre d'assumer les lourdes pertes annoncées de même que les coûts de la restructuration (115 suppressions d'emplois sont annoncées à Ypres). Le marché des métiers à tisser, très cyclique par nature, est particulièrement touché par les craintes de récession et la raréfaction du crédit, des éléments qui gèlent les investissements dans de nouvelles machines à tisser, avait indiqué Picanol en fin d'année.