Les produits passifs rencontrent un succès croissant chez les investisseurs depuis quelques années, notamment dans le chef des investisseurs institutionnels. Ces fonds indiciels présentent en effet de nombreux avantages, notamment des faibles frais, une diversification très importante sur la plupart des grands secteurs de l'univers de référence, et une grande transparence par rapport à ce qui rentre en portefeuille.
...

Les produits passifs rencontrent un succès croissant chez les investisseurs depuis quelques années, notamment dans le chef des investisseurs institutionnels. Ces fonds indiciels présentent en effet de nombreux avantages, notamment des faibles frais, une diversification très importante sur la plupart des grands secteurs de l'univers de référence, et une grande transparence par rapport à ce qui rentre en portefeuille. " Mais cette forme d'investissement comporte également plusieurs inconvénients, prévient Wilma de Groot, gestionnaire de fonds chez Robeco. Répliquer un indice va nécessiter des frais, notamment pour adapter la composition du produit aux modifications qui peuvent intervenir dans la composition de l'indice (acquisitions, sorties et entrées de l'indice). Les frais supportés par l'ETF (frais de gestion et de transaction) auront tendance à faire sous-performer les ETF par rapport à leur indice sous-jacent d'environ 0,04 % par an. " Wilma de Groot souligne également que les entrées et les sorties de l'indice ont un impact négatif supplémentaire sur la performance, les sociétés devant intégrer un indice ayant tendance à surperformer avant la date d'inclusion, pour ensuite sous-performer une fois qu'ils ont intégré l'indice." Il est également plus difficile d'intégrer une approche soutenable dans le cadre d'une gestion indicielle, car un ETF n'aura pas la possibilité de vendre les actions d'une société qui se comporterait de manière inappropriée ", indique la gestionnaire de fonds. Wilma de Groot indique également que l'exposition sur un indice implique d'avoir une partie importante de son investissement exposé sur des sociétés qui vont impacter négativement la performance du portefeuille. " Enfin, nous pensons qu'une gestion passive n'existe pas vraiment. Avec plus de 50.000 indices existant au niveau mondial, choisir sur quel indice investir est en soi un choix de gestion active ". Le gestionnaire néerlandais a développé depuis plusieurs années une approche visant à améliorer les grands indices mondiaux, en utilisant notamment les nombreux travaux académiques qui ont été réalisés sur le sujet durant les 40 dernières années. Avec succès puisque les actifs sous gestion des produits Enhanced Indexing représentent désormais plus de 12 milliards d'euros au travers de cinq stratégies (actions européennes, globales, globales soutenables, émergentes, américaines) et de divers mandats sur mesure pour des investisseurs institutionnels. " Dans la pratique, l'Enhanced Indexing va consister à trier les valeurs composant l'indice de référence, et de très légèrement surpondérer les valeurs les plus intéressantes (de l'ordre de 0,2 % par rapport à leur pondération dans l'indice de référence), et inversement de sous-pondérer un peu plus fortement les valeurs les moins intéressantes (de -0,3 % par rapport à leur pondération dans l'indice de référence) ", souligne Jan de Koning, client portfolio manager chez Robeco. Et par intéressant, les gestionnaires de Robeco entendent les valeurs qui sont attractives sur base d'une série d'indicateurs comme la volatilité, la qualité des résultats, les révisions des analystes boursiers, ou encore la tendance récente haussière observée sur le cours (aussi appelé le momentum). Toutes les actions qui composent un indice se verront ainsi attribuer un score basé sur ces différents critères. " Ces facteurs vont permettre de construire des indices améliorés qui auront tendance, sur le long terme, à dégager des performances supérieures à celles des indices sur lesquels ils sont construits, souligne encore Wilma de Groot. Par ailleurs, nous rééquilibrerons ces indices améliorés tous les mois, même si les modifications ne seront finalement pas très importantes. " Les indices améliorés de Robeco garderont en outre une composition géographique ou sectorielle qui sera très similaire à celle de leur indice de référence. Cette méthodologie va déboucher sur des produits différents des ETF traditionnels, avec des performances supérieures sur le long terme par rapport aux indices sur lesquels ils sont construits. Sur la stratégie globale (basée sur l'indice MSCI World), l'indice amélioré de Robeco a ainsi permis de dégager une surperformance annualisée de 0,95 % depuis l'année 2004, et ce type de performance se retrouve également dans les autres stratégies, avec une surperformance annualisée de 1,12 % sur les actions européennes (MSCI Europe) ou de 0,63 % sur les actions américaines (S&P500). Mais cette méthodologie fonctionne le mieux sur les marchés émergents, avec une surperformance annualisée de 1,44 % par rapport à l'indice MSCI Emerging Markets depuis 2007. " Cette stratégie fonctionne particulièrement bien sur ces marchés en raison des frais de transaction qui sont particulièrement élevés, souligne Jan de Koning. Ce qui constitue un handicap encore plus important pour la performance des ETF. Et il n'est inversement pas surprenant que la surperformance soit moins importante sur le marché américain, vu que c'est le marché boursier le plus efficient au monde au niveau des frais de transaction. Nous sommes toutefois parvenus à battre l'indice alors que la plupart des fonds actifs n'y arrivent plus ", avec des frais de gestion d'environ 0,25 % des encours annuels. Cette philosophie a également été appliquée afin de construire un indice amélioré soutenable (Sustainable Enhanced Index) sur l'indice MSCI World, afin de donner un poids plus important aux sociétés affichant les meilleures pratiques sur base de différents critères ESG (Environnement, Sociaux, Gouvernance). " Dans cette stratégie, nous exclurons tout d'abord d'investir sur des industries controversées, comme les compagnies d'armement, les producteurs de charbon, les fabricants de cigarettes ou les sociétés qui recourent au travail des enfants ", souligne Wilma de Groot. En excluant certaines de ces sociétés, la composition de cet indice amélioré soutenable sera donc plus divergente de son indice sous-jacent (5 % des sociétés de l'univers seront exclues), avec un profil de risque qui restera toutefois assez proche. " Nous accorderons ensuite un poids plus important aux sociétés qui affichent les meilleurs scores ESG, tout en sous-pondérant les mauvais élèves, poursuit la gestionnaire de fonds de Robeco. Le but sera d'obtenir un indice amélioré qui affichera un score ESG supérieur d'au moins 30 % par rapport au MSCI World, avec une empreinte écologique (consommation de CO2, d'eau ou d'énergie et production de déchets) qui sera inférieure de 20 %. " " Les déviations sectorielles resteront faibles par rapport au benchmark, mais avec un indice dont le profil sera nettement plus favorable en terme de soutenabilité. Les valeurs pétrolières affichant les meilleurs scores se verront ainsi accorder une pondération plus importante par rapport à celles qui affichent les plus mauvais scores. Et ici aussi, il est parfaitement possible d'adapter la stratégie pour répondre aux besoins des différents clients institutionnels ", conclut Wilma de Groot. Et comme pour les autres indices améliorés, le fonds QI Global Developed Sustainable Enhanced Index Equities affiche une performance annualisée supérieure à celle de son indice de référence depuis le lancement de la stratégie en mars 2014, soit +12,7 % contre +12,3 % pour l'indice MSCI World.