Ces estimations ont été formulées par la Creg dans un courrier adressé le 17 juin dernier à la présidence de la commission économie du Parlement. Ainsi, selon la Creg, la rente nucléaire annuelle oscille entre 1,7 et 1,8 milliard d'euros, explique La Libre Belgique. Le régulateur estime également que la marge bénéficiaire "raisonnable" est de 450 millions d'euros par an, ce qui de facto porte le montant de la taxe possible à une fourchette allant de 1,250 à 1,350 milliard d'euros par an. Actuellement, la taxe prélevée par le gouvernement s'élève à 250 millions d'euros. L'étude de la Creg confirme également que la taxation euros/kw est le meilleur système applicable à ce jour, précise encore La Libre Belgique. Par ailleurs, le régulateur estime dans son rapport qu'il faut décourager le nucléaire vu sa grande "dangerosité".

Ces estimations ont été formulées par la Creg dans un courrier adressé le 17 juin dernier à la présidence de la commission économie du Parlement. Ainsi, selon la Creg, la rente nucléaire annuelle oscille entre 1,7 et 1,8 milliard d'euros, explique La Libre Belgique. Le régulateur estime également que la marge bénéficiaire "raisonnable" est de 450 millions d'euros par an, ce qui de facto porte le montant de la taxe possible à une fourchette allant de 1,250 à 1,350 milliard d'euros par an. Actuellement, la taxe prélevée par le gouvernement s'élève à 250 millions d'euros. L'étude de la Creg confirme également que la taxation euros/kw est le meilleur système applicable à ce jour, précise encore La Libre Belgique. Par ailleurs, le régulateur estime dans son rapport qu'il faut décourager le nucléaire vu sa grande "dangerosité".