Vers 13H40 GMT, le Dow Jones Industrial Average abandonnait 52,45 points à 9.456,83 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 9,19 points à 2.048,29 points. L'indice élargi Standard & Poor's 500 reculait de son côté de 0,70%, soit 7,19 points, à 1.022,66 points. Jeudi, Wall Street avait déjà fini en forte baisse, minée par l'augmentation des nouveaux chômeurs et le ralentissement de l'activité industrielle aux Etats-Unis. Le Dow Jones avait perdu 2,09%, le Nasdaq 3,06% et le S&P 500 2,58%.

"Le trou dans lequel le marché est tombé hier (jeudi) va certainement se creuser", a pronostiqué Patrick O'Hare, du site d'analyste Briefing.com. Le rapport mensuel sur l'emploi, toujours très attendu, n'a fait que soulever "de nouveaux doutes sur la reprise". Les destructions d'emplois aux Etats-Unis ont augmenté contre toute attente en septembre, faisant monter le taux de chômage à 9,8%. Ces chiffres confirment que "cela va être un reprise d'une lenteur pénible, ce qui ne fera pas le bonheur de beaucoup de gens pendant longtemps", selon Robert MacIntosh, économiste chez Eaton Vance. "En gros, ce rebond qui dure depuis sept mois a besoin de temps et de prix modestement plus bas pour donner une impulsion aux partisans de la hausse", a observé Al Goldman, de Wells Fargo Advisors.

Le marché obligataire profitait des craintes des investisseurs. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans descendait à 3,151% contre 3,194% jeudi soir, et celui du bon à 30 ans à 3,939% contre 3,959% la veille.

Vers 13H40 GMT, le Dow Jones Industrial Average abandonnait 52,45 points à 9.456,83 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 9,19 points à 2.048,29 points. L'indice élargi Standard & Poor's 500 reculait de son côté de 0,70%, soit 7,19 points, à 1.022,66 points. Jeudi, Wall Street avait déjà fini en forte baisse, minée par l'augmentation des nouveaux chômeurs et le ralentissement de l'activité industrielle aux Etats-Unis. Le Dow Jones avait perdu 2,09%, le Nasdaq 3,06% et le S&P 500 2,58%."Le trou dans lequel le marché est tombé hier (jeudi) va certainement se creuser", a pronostiqué Patrick O'Hare, du site d'analyste Briefing.com. Le rapport mensuel sur l'emploi, toujours très attendu, n'a fait que soulever "de nouveaux doutes sur la reprise". Les destructions d'emplois aux Etats-Unis ont augmenté contre toute attente en septembre, faisant monter le taux de chômage à 9,8%. Ces chiffres confirment que "cela va être un reprise d'une lenteur pénible, ce qui ne fera pas le bonheur de beaucoup de gens pendant longtemps", selon Robert MacIntosh, économiste chez Eaton Vance. "En gros, ce rebond qui dure depuis sept mois a besoin de temps et de prix modestement plus bas pour donner une impulsion aux partisans de la hausse", a observé Al Goldman, de Wells Fargo Advisors.Le marché obligataire profitait des craintes des investisseurs. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans descendait à 3,151% contre 3,194% jeudi soir, et celui du bon à 30 ans à 3,939% contre 3,959% la veille.