L'indice élargi Standard & Poor's 500 montait lui de 0,66% (5,93
points) à 901,03 points.

Mardi, Wall Street avait fini proche de l'équilibre, déjà tourné vers
la Réserve fédérale (Fed) et pénalisé par la chute du titre de l'avionneur Boeing. Le Dow Jones avait perdu 0,19% et le Nasdaq 0,07%, mais le S&P 500 avait gagné 0,23%.

La séance de mercredi "sera largement influencée par ce que dira la Fed après la fin de sa réunion", a prévenu Al Goldman, de Wells Fargo Advisors.

La banque centrale va maintenir son taux directeur proche de zéro, mais les investisseurs se demandent quel sera le ton de son communiqué final, attendu pour 18H15 GMT, et si elle va continuer d'intervenir sur les marchés du crédit.

En attendant, la place new-yorkaise était encouragée par l'annonce d'une hausse surprise de 1,8% des commandes de biens durables aux Etats-Unis en mai par rapport à avril.

Cette statistique a "apaisé les inquiétudes autour du récent rebond des marchés boursiers, qui aurait été trop loin au vu de la réalité économique", selon les analystes de Charles Schwab.

Autre nouvelle rassurante, l'Organisation de coopération et de
développement économiques (OCDE) a revu à la hausse ses prévisions de croissance pour la première fois en deux ans. Elle prévoit pour 2009 une baisse de l'activité dans sa zone de 4,1% avant un rebond de 0,7% en 2010.

L'éditeur de logiciels Oracle (+5,09% à 20,86 dollars) a en outre annoncé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes du marché, qui a aussi été agréablement surpris par ses prévisions de chiffre d'affaires pour le trimestre en cours.

Le marché obligataire baissait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans progressait à 3,652% contre 3,640% mardi soir, et celui du bon à 30 ans à 4,397% contre 4,373% la veille.