Vers 14H40 GMT, le Dow Jones Industrial Average cédait 124,49 points à 6.938,44 points, désormais en repli de plus de 20% depuis le début de l'année. Le Nasdaq, à dominante technologique, reculait de 17,94 points à 1.359,90 points et l'indice élargi Standard & Poor's 500 de 1,87% (13,71 points) à 721,38 points. Wall Street avait déjà terminé sur un net repli vendredi, au plus bas depuis 12 ans, dans un marché ébranlé par l'augmentation de la participation de l'Etat dans la banque Citigroup et la baisse du dividende de General Electric, et par la forte contraction de l'économie américaine. Le Dow Jones avait perdu 1,66% et le Nasdaq 0,98%. "Des problèmes supplémentaires dans le secteur financier ont déclenché le plongeon, avec AIG qui accepte 30 milliards supplémentaires de l'Etat américain", a indiqué Joseph Hargett, de Schaeffer's Research. L'assureur américain a fait l'objet d'une nouvelle intervention du Trésor pour lui éviter une faillite aux conséquences redoutables, dont une rallonge pour l'aider à éponger ses pertes, qui frôlent les 100 milliards pour l'ensemble de 2008. Le secteur financier continuait par ailleurs de payer le prix fort. Bank of America perdait 14,13% à 3,39 dollars, JPMorgan Chase 2,89% à 22,19 dollars et Wells Fargo 8,02% à 11,13 dollars. L'augmentation des dépenses de consommation des ménages américains en janvier, de 0,6% par rapport à décembre après six mois consécutifs de baisse, n'a apporté que peu de réconfort à un marché qui se remet à peine de la montée au capital de Citigroup par l'Etat fédéral. Le marché obligataire profitait de la quête de sécurité des investisseurs. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans baissait à 2,976% contre 3,041% vendredi soir et celui à 30 ans à 3,655% contre 3,722% vendredi.

Vers 14H40 GMT, le Dow Jones Industrial Average cédait 124,49 points à 6.938,44 points, désormais en repli de plus de 20% depuis le début de l'année. Le Nasdaq, à dominante technologique, reculait de 17,94 points à 1.359,90 points et l'indice élargi Standard & Poor's 500 de 1,87% (13,71 points) à 721,38 points. Wall Street avait déjà terminé sur un net repli vendredi, au plus bas depuis 12 ans, dans un marché ébranlé par l'augmentation de la participation de l'Etat dans la banque Citigroup et la baisse du dividende de General Electric, et par la forte contraction de l'économie américaine. Le Dow Jones avait perdu 1,66% et le Nasdaq 0,98%. "Des problèmes supplémentaires dans le secteur financier ont déclenché le plongeon, avec AIG qui accepte 30 milliards supplémentaires de l'Etat américain", a indiqué Joseph Hargett, de Schaeffer's Research. L'assureur américain a fait l'objet d'une nouvelle intervention du Trésor pour lui éviter une faillite aux conséquences redoutables, dont une rallonge pour l'aider à éponger ses pertes, qui frôlent les 100 milliards pour l'ensemble de 2008. Le secteur financier continuait par ailleurs de payer le prix fort. Bank of America perdait 14,13% à 3,39 dollars, JPMorgan Chase 2,89% à 22,19 dollars et Wells Fargo 8,02% à 11,13 dollars. L'augmentation des dépenses de consommation des ménages américains en janvier, de 0,6% par rapport à décembre après six mois consécutifs de baisse, n'a apporté que peu de réconfort à un marché qui se remet à peine de la montée au capital de Citigroup par l'Etat fédéral. Le marché obligataire profitait de la quête de sécurité des investisseurs. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans baissait à 2,976% contre 3,041% vendredi soir et celui à 30 ans à 3,655% contre 3,722% vendredi.