Le Dow Jones Industrial Average a pris 36,58 points à 9.398,19 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 10,63 points à 2.009,35 points, selon les chiffres définitifs de clôture.

L'indice Standard & Poor's 500, à la composition plus large, a avancé de 0,69% (6,92 points) à 1.012,73 points.

"Le fait que le marché finisse dans le vert est très surprenant, alors que les ventes de détail ont été très décevantes", a observé Lindsay Piegza, de FTN Financial.

La séance a été hésitante: dans les premières minutes, Wall Street avait progressé grâce à l'enthousiasme des investisseurs après des chiffres ayant montré une croissance en Allemagne et en France au deuxième trimestre, avec du côté français un PIB en hausse de 0,3% par rapport au trimestre précédent.

Mais la progression surprise du nombre de nouveaux chômeurs et surtout le renversement de tendance sur les ventes de détail, qui se sont repliées de 0,1% en juillet contre une augmentation de 0,7% attendue, ont fait réfléchir les investisseurs à deux fois, sans toutefois enfoncer le marché.

"Aucun signe à la hausse chez le consommateur", a souligné Stephen Gallagher, de Société Générale. Or, il est le véritable moteur de la croissance aux Etats-Unis.

Pour Lindsay Piegza, la performance du marché jeudi est liée à
"l'optimisme insufflé par la Fed" la veille. La banque centrale américaine avait souligné que l'économie était en train de se stabiliser, dopant la confiance des investisseurs, selon l'analyste.

Le marché obligataire est lui aussi monté fortement. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 3,591% contre 3,701% mercredi soir, et celui du bon à 30 ans à 4,420% contre 4,523% la veille.

Le Dow Jones Industrial Average a pris 36,58 points à 9.398,19 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 10,63 points à 2.009,35 points, selon les chiffres définitifs de clôture.L'indice Standard & Poor's 500, à la composition plus large, a avancé de 0,69% (6,92 points) à 1.012,73 points."Le fait que le marché finisse dans le vert est très surprenant, alors que les ventes de détail ont été très décevantes", a observé Lindsay Piegza, de FTN Financial.La séance a été hésitante: dans les premières minutes, Wall Street avait progressé grâce à l'enthousiasme des investisseurs après des chiffres ayant montré une croissance en Allemagne et en France au deuxième trimestre, avec du côté français un PIB en hausse de 0,3% par rapport au trimestre précédent.Mais la progression surprise du nombre de nouveaux chômeurs et surtout le renversement de tendance sur les ventes de détail, qui se sont repliées de 0,1% en juillet contre une augmentation de 0,7% attendue, ont fait réfléchir les investisseurs à deux fois, sans toutefois enfoncer le marché."Aucun signe à la hausse chez le consommateur", a souligné Stephen Gallagher, de Société Générale. Or, il est le véritable moteur de la croissance aux Etats-Unis.Pour Lindsay Piegza, la performance du marché jeudi est liée à "l'optimisme insufflé par la Fed" la veille. La banque centrale américaine avait souligné que l'économie était en train de se stabiliser, dopant la confiance des investisseurs, selon l'analyste.Le marché obligataire est lui aussi monté fortement. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 3,591% contre 3,701% mercredi soir, et celui du bon à 30 ans à 4,420% contre 4,523% la veille.