Vers 13H40 GMT, le Dow Jones Industrial Average cédait 76,48 points, à 8.686,55 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 18,71 points, à 1.830,71 points. L'indice Standard & Poor's 500, à la composition plus représentative de l'économie américaine, reculait de 0,83% (7,79 points), à 932,30 points. Wall Street avait déjà calé vendredi, faute d'avoir su interpréter des chiffres de l'emploi américain meilleurs que prévus, mais accompagnés d'un bond du chômage.

Le Dow Jones avait engrangé 0,15% mais le Nasdaq avait abandonné 0,03% et le S&P 500 0,25%. "Une séance de consolidation semble être à l'oeuvre ce matin, alors que Wall Street fait une pause pour regarder jusqu'où la remontée est allée ces dernières semaines. Les opérateurs de marché, qui deviennent un peu frileux, prennent un peu leurs bénéfices, par crainte que ce rebond ne soit allé trop loin", a observé Joseph Hargett, de Schaeffer's Research.

La stabilisation de l'économie américaine, attestée par nombre d'indicateurs, a déclenché des spéculations sur une hausse des taux de la Réserve fédérale. "Alors que l'économie s'améliore, la Fed va monter ses taux d'intérêt ce qui va d'abord provoquer des ventes. Nous croyons que les investisseurs vont rapidement reconnaître qu'une remontée des taux indiquerait que la Fed se lance dans une bataille contre l'inflation", a indiqué Scott Marcouiller, de Wells Fargo Advisors.

Dans ce contexte, le marché obligataire était sous surveillance, alors que les taux se sont fortement tendus en fin de semaine. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans descendait toutefois lundi à 3,824% contre 3,862% vendredi soir et celui à 30 ans à 4,588% contre 4,656% vendredi.