Le Dow Jones Industrial Average a cédé 29,92 points à 9.712,28 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 1,62 point à 2.122,42 points, selon des chiffres définitifs de clôture.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 a reculé de 0,33%, soit 3,53 points à 1.057,08 points.

La séance a évolué en dents de scie mais finalement, le marché a subi la déception des investisseurs.

"On a reçu quelques mauvaises nouvelles économiques, rien de vraiment inquiétant mais cela a certainement fait peur au marché", a observé Lindsay Piegza, de FTN Financial.

Le rebond amorcé à l'ouverture a été effacé par le recul de l'activité industrielle dans la région de Chicago.

La publication de cet indice, dans le rouge contre toute attente en septembre après une stabilisation en août, a pris le marché à rebrousse-poil.

"Face à un marché qui est monté de 60%, la moindre statistique inquiétante au niveau de la croissance ou de la sortie de récession fera baisser les marchés", a expliqué Gregori Volokhine, de Meeschaert New York.

Les indicateurs ont été généralement mitigés mercredi. "La leçon à tirer est peut-être qu'on avait un niveau d'attentes très élevé", a suggéré Gregori Volokhine.

Malgré une fin de mois difficile pour Wall Street, les indices ont tout de même progressé en septembre: +2,27% pour le Dow Jones, +5,64% pour le Nasdaq et +3,57% pour le S&P 500.

L'indice vedette, le Dow Jones, a même signé sa meilleure performance trimestrielle depuis 1998.

Le marché obligataire a reculé mercredi. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans est monté à 3,307% contre 3,292% lundi soir, et celui du bon à 30 ans à 4,048% contre 4,023% la veille.

Le Dow Jones Industrial Average a cédé 29,92 points à 9.712,28 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 1,62 point à 2.122,42 points, selon des chiffres définitifs de clôture. L'indice élargi Standard & Poor's 500 a reculé de 0,33%, soit 3,53 points à 1.057,08 points. La séance a évolué en dents de scie mais finalement, le marché a subi la déception des investisseurs. "On a reçu quelques mauvaises nouvelles économiques, rien de vraiment inquiétant mais cela a certainement fait peur au marché", a observé Lindsay Piegza, de FTN Financial. Le rebond amorcé à l'ouverture a été effacé par le recul de l'activité industrielle dans la région de Chicago. La publication de cet indice, dans le rouge contre toute attente en septembre après une stabilisation en août, a pris le marché à rebrousse-poil. "Face à un marché qui est monté de 60%, la moindre statistique inquiétante au niveau de la croissance ou de la sortie de récession fera baisser les marchés", a expliqué Gregori Volokhine, de Meeschaert New York. Les indicateurs ont été généralement mitigés mercredi. "La leçon à tirer est peut-être qu'on avait un niveau d'attentes très élevé", a suggéré Gregori Volokhine. Malgré une fin de mois difficile pour Wall Street, les indices ont tout de même progressé en septembre: +2,27% pour le Dow Jones, +5,64% pour le Nasdaq et +3,57% pour le S&P 500. L'indice vedette, le Dow Jones, a même signé sa meilleure performance trimestrielle depuis 1998. Le marché obligataire a reculé mercredi. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans est monté à 3,307% contre 3,292% lundi soir, et celui du bon à 30 ans à 4,048% contre 4,023% la veille.