Ces derniers permettront à la Commission électorale indépendante (CEI) congolaise de procéder à l'actualisation de ses listes électorales, annonce lundi Zetes. En 2005, la RDC avait déjà fait appel à Zetes pour recenser sa population à l'occasion des élections nationales. Le nouvel accord intervient à l'occasion de la tenue prochaine des élections urbaines, municipales et locales. Les listes établies en 2005 doivent être réactualisées, notamment pour prendre en compte les nouveaux électeurs ayant atteint leur majorité et en retirer les personnes décédées. Les stations d'enrôlement, livrées par Zetes en RDC à l'époque du premier contrat, subiront une mise à niveau. Zetes développe une nouvelle version du logiciel qui améliorera les fonctionnalités et sera installée sur toutes les stations. En outre, Zetes est chargée du programme de formation et assurera l'assistance technique pendant la période de recensement sur le terrain. Ce projet d'une valeur de l'ordre de deux millions d'euros s'étend sur une période de quelques mois au premier semestre 2009, précise Zetes dans un communiqué. Ce contrat et ceux récemment conclus avec d'autres pays africains étaient attendus plus tôt par le Zetes. Leur exécution sur 2009 implique que la société s'attend actuellement à un chiffre d'affaires consolidé 2008 comparable à celui de 2007 et une rentabilité (EBITDA sur ventes) en ligne avec l'objectif de 8% annoncé dans la guidance du 10 novembre 2008. "La RDC a été le premier pays à confier l'identification de sa population à Zetes dans le cadre d'élections nationales. Ce projet a été et reste pour la société une superbe référence sur le continent africain et ailleurs dans le monde. Le recours à la biométrie donne en effet l'assurance que chaque personne ne figure qu'une seule fois sur les listes électorales", a commenté le directeur exécutif (CEO) de Zetes, Alain Wirtz.

Ces derniers permettront à la Commission électorale indépendante (CEI) congolaise de procéder à l'actualisation de ses listes électorales, annonce lundi Zetes. En 2005, la RDC avait déjà fait appel à Zetes pour recenser sa population à l'occasion des élections nationales. Le nouvel accord intervient à l'occasion de la tenue prochaine des élections urbaines, municipales et locales. Les listes établies en 2005 doivent être réactualisées, notamment pour prendre en compte les nouveaux électeurs ayant atteint leur majorité et en retirer les personnes décédées. Les stations d'enrôlement, livrées par Zetes en RDC à l'époque du premier contrat, subiront une mise à niveau. Zetes développe une nouvelle version du logiciel qui améliorera les fonctionnalités et sera installée sur toutes les stations. En outre, Zetes est chargée du programme de formation et assurera l'assistance technique pendant la période de recensement sur le terrain. Ce projet d'une valeur de l'ordre de deux millions d'euros s'étend sur une période de quelques mois au premier semestre 2009, précise Zetes dans un communiqué. Ce contrat et ceux récemment conclus avec d'autres pays africains étaient attendus plus tôt par le Zetes. Leur exécution sur 2009 implique que la société s'attend actuellement à un chiffre d'affaires consolidé 2008 comparable à celui de 2007 et une rentabilité (EBITDA sur ventes) en ligne avec l'objectif de 8% annoncé dans la guidance du 10 novembre 2008. "La RDC a été le premier pays à confier l'identification de sa population à Zetes dans le cadre d'élections nationales. Ce projet a été et reste pour la société une superbe référence sur le continent africain et ailleurs dans le monde. Le recours à la biométrie donne en effet l'assurance que chaque personne ne figure qu'une seule fois sur les listes électorales", a commenté le directeur exécutif (CEO) de Zetes, Alain Wirtz.