Selon le KCE (Centre fédéral d'expertise des soins de santé), l'analyse de la littérature scientifique internationale n'a pas permis de trouver des preuves irréfutables de la supériorité de la technique de la protonthérapie par rapport à la radiothérapie conventionnelle. Or, la société Ion Beam Applications (IBA) est spécialisée dans cette nouvelle technique de radiothérapie pour le traitement du cancer.

En réaction aux conclusions négatives du rapport, l'action IBA perdait 13% jeudi matin sur Euronext Bruxelles. Dans le courant de la matinée, elle avait cédé 20%. Vers 14 heures, le cours enregistrait une perte de 11% pour s'établir à 10,19 euros. L'action a terminé la séance avec une perte de 4,8%.

Établie à Louvain-la-Neuve, IBA construit des centres de protonthérapie à travers le monde. Dans notre pays, deux projets sont en cours, un à l'hôpital universitaire UZ Leuven et l'autre à Charleroi. Si la radiothérapie classique utilise des rayons X, la protonthérapie vise à détruire les cellules cancéreuses à partir d'un faisceau de protons. Cette technique est plus coûteuse.

Traduction : virginie·dupont·sprl