La Belgique se comporte mieux que ses voisins. En Allemagne, France et aux Pays-Bas, l'inflation a augmenté plus rapidement pour atteindre 1,5% au troisième trimestre. Il existe donc un différentiel de 0 ,3% favorable à notre pays. L'inflation plus faible en Belgique résulte à nouveau de l'évolution divergente des prix des produits énergétiques. Tous les autres groupes de produits ont eu un impact défavorable mais limité (0,1%) sur l'écart d'inflation. L'inflation sous-jacente a, de son côté, légèrement progressé pour s'établir en moyenne à 1,8% (1,7% le trimestre précédent) sous l'effet de la hausse des prix dans les services et les biens industriels. Cette inflation sous-jacente a également progressé chez nos voisins mais est restée inférieure au taux belge (1,1 à 1,4%). Pris séparément, on constate que, du côté des produits énergétiques, ce sont les prix du gaz naturel et de l'électricité qui ont le plus contribué au ralentissement de l'inflation. Ils étaient de 4% et 3,7% moins élevés en septembre dernier que ceux pratiqués chez nos voisins. L'inflation des services (voyages et communications surtout) a grimpé à 1,9% tandis que le rythme de progression des prix des produits alimentaires transformés s'est ralenti (3 ,1%) et celui des produits alimentaires non transformés a atteint 4,4%. (Belga)