Toutefois, l'optimisme de Comeos est démenti par l'UCM et le SNI. Les deux organisations confirment des soldes ratés. Pour l'Union des classes moyennes, l'optimisme qui prévalait début janvier a été mis à mal. Globalement, l'association constate un statu quo des ventes dans les grands centres et une baisse plus ou moins forte dans les noyaux secondaires. Les commerçants indépendants s'attendaient à poursuivre sur la lancée d'un mois de décembre positif en termes de ventes. Ils étaient plus nombreux à prévoir une hausse de leur chiffre d'affaires (27,3 %) qu'à envisager une baisse (25,8 %). Ces espoirs ont donc été déçus. Le SNI chiffre la baisse du chiffre d'affaires des commerçants à 2%. L'UCM estime, quant à elle, qu'on assiste à une érosion du caractère événementiel de la période de soldes. Nombre de commerçants, souvent contraints de s'aligner sur la concurrence, avaient déjà pratiqué des réductions parfois importantes - grâce au mécanisme des ventes couplées - dès le mois de décembre. L'UCM s'en inquiète, les soldes devant, selon elle, rester voire redevenir la période de référence pour les réductions, dans l'intérêt des commerçants et des consommateurs. (Belga)

Toutefois, l'optimisme de Comeos est démenti par l'UCM et le SNI. Les deux organisations confirment des soldes ratés. Pour l'Union des classes moyennes, l'optimisme qui prévalait début janvier a été mis à mal. Globalement, l'association constate un statu quo des ventes dans les grands centres et une baisse plus ou moins forte dans les noyaux secondaires. Les commerçants indépendants s'attendaient à poursuivre sur la lancée d'un mois de décembre positif en termes de ventes. Ils étaient plus nombreux à prévoir une hausse de leur chiffre d'affaires (27,3 %) qu'à envisager une baisse (25,8 %). Ces espoirs ont donc été déçus. Le SNI chiffre la baisse du chiffre d'affaires des commerçants à 2%. L'UCM estime, quant à elle, qu'on assiste à une érosion du caractère événementiel de la période de soldes. Nombre de commerçants, souvent contraints de s'aligner sur la concurrence, avaient déjà pratiqué des réductions parfois importantes - grâce au mécanisme des ventes couplées - dès le mois de décembre. L'UCM s'en inquiète, les soldes devant, selon elle, rester voire redevenir la période de référence pour les réductions, dans l'intérêt des commerçants et des consommateurs. (Belga)