La semaine dernière, l'Autorité des services et marchés financiers (FSMA) a lancé un comparateur de frais associés aux comptes à vue. La Belgique se conforme ainsi à une directive européenne, qui prévoit que chaque État membre de l'Union européenne doit mettre un tel outil à la disposition du public. La FSMA ne peut toutefois pas être tenue pour responsable en cas d'informations incomplètes ou erronées. Cette responsabilité incombe aux banques qui transmettent l'ensemble des données. Le site web d'éducation financière de la FSMA rassemble 21 marques bancaires. Bien qu'elles appartiennent au même groupe, BNP Paribas Fortis, Fintro et Hello Bank représentent par exemple trois marques distinctes.

Depuis plusieurs années, des plateformes de comparaison en ligne comme Guide-epargne.be, Comparebanque.be ou TopCompare.be compilent de différentes manières des informations relatives aux comptes à vue. Ces portails commerciaux scrutent les augmentations de taux ou relaient les informations fournies par des consommateurs ou encore des intermédiaires financiers. Guide-epargne.be, le site de comparaison le plus ancien, est aussi celui qui tire le mieux son épingle du jeu. Créé en 2006, il a été repris par De Persgroep, l'éditeur des journaux Het Laatste Nieuws et De Morgen.

Mourir de sa belle mort

Le modèle qui veut que les banques fournissent elles-mêmes les informations de comparaison a été testé il y a dix ans par Mediafin, la maison d'édition des journaux d'affaires De Tijd et L'Écho. Le site web qui comparait les comptes d'épargne s'appelait Rentegids. L'initiative est morte de sa belle mort après quelques années car les banques ne mettaient pas à jour les informations disponibles sur le site. Ces dix dernières années, les banques ont principalement abaissé les taux afférents aux comptes d'épargne, alors que ce sont précisément les taux élevés qui attirent les clients. Autrement dit, adapter à la minute les taux sur Rentegids.be ne présentait aucun intérêt commercial pour les institutions bancaires.

En tant que superviseur du secteur financier, la FSMA jouit d'une plus grande autorité que les éditeurs de journaux. Les consommateurs peuvent déposer une plainte auprès de la FSMA si l'outil ne fonctionne pas correctement ou si les informations sont inexactes. Les chances de réussite d'un outil de calcul actualisé pour les comptes à vue sont plus élevées sur Wikifin.be que pour les initiatives du secteur privé. Les banques sont tenues légalement de mettre à jour les informations et la FSMA dispose d'un arsenal de mesures pour faire respecter cette obligation le cas échéant.

Par ailleurs, la FSMA n'en est pas à son coup d'essai. Outre le comparateur de comptes à vue, Wikifin.be propose un simulateur de comptes d'épargne, un simulateur Immobilier et un simulateur Héritage, ainsi qu'un calculateur de crédit, un calculateur d'épargne et un calculateur d'inflation.

Calcul

Le comparateur élaboré par la FSMA est un outil de calcul. Les consommateurs remplissent un bref questionnaire sur leur comportement et leurs préférences. Préférez-vous les extraits de compte papier ou numériques ? Combien de virements effectuez-vous par mois ? Etc. Autant de paramètres permettant à l'outil de calculer les frais annuels liés aux comptes qui répondent à vos critères. Vous pouvez ensuite obtenir le détail des coûts par compte ou comparer jusqu'à 5 comptes différents.

Trois conseils pour utiliser l'outil

  • Cliquez sur les "i" (= informations) à côté des remarques. Vous apprendrez par exemple qu'une carte de crédit Visa Classic chez Keytrade n'est gratuite que si vous effectuez au moins douze transactions par an. Si tel n'est pas le cas, vous devez débourser 25 euros chaque année.
  • Ne cochez pas les services inutiles. Le classement varie considérablement selon les préférences. Si vous cochez la case correspondant à la possibilité d'être à découvert, deux des comptes à vue gratuits (Argenta et Europabank) ne feront pas partie des possibilités. Et si vous émettez le souhait de bénéficier d'une assurance-compte, tous les comptes à vue gratuits ou bon marché disparaîtront. Vérifiez l'intérêt que présente ce type d'assurance qui intervient généralement à hauteur d'un montant limité en cas de décès (ou d'invalidité permanente causée par un accident) du titulaire.
  • Précisez l'usage des cartes et des services. Dans le cas de certains comptes à vue, retirer de l'argent aux distributeurs de votre banque ou d'une autre banque fait une grande différence. 10, 20 ou 50 cents par retrait peuvent représenter un montant élevé au bout d'un an. Cinq retraits mensuels à 50 cents vous coûteront par exemple 30 euros.

Traduction : virginie·dupont·sprl