Les coûts payés par les commerçants seraient plafonnés, des règles claires leur permettraient de choisir librement les cartes acceptées dans leurs magasins et de nouveaux opérateurs auraient l'opportunité de pénétrer le marché. Cette concurrence devrait diminuer encore le coût des cartes et des terminaux. Le parlement européen vient de proposer quatre amendements au texte de la Commission. Ces amendements, s'ils étaient votés, seraient dommageables pour le commerce électronique tant pour le particulier que le commerçant. Selon ces propositions, le commerçant serait contraint d'accepter tous types de cartes d'un fournisseur (même hors de prix), il ne pourrait choisir la formule par laquelle paie le client, le plafonnement des coûts serait limité et, le commerçant ne pourrait plus choisir de solutions internationales (les paiements effectués par des détenteurs de cartes belges devront être traités en Belgique). Pour Comeos, ces propositions reviendraient à soumettre le commerce à l'arbitraire des banques et émetteurs de cartes. Une situation qui compromettrait l'usage du paiement électronique. (Belga)