"Il faut rendre à César ce qui appartient à César." L'empereur était une force d'occupation, alors que le collecteur d'impôts était haï et le trafiquant plébiscité. Le fait qu'il valait mieux payer son dû n'était pas considéré comme un impératif catégorique, mais plutôt comme un conseil avisé : faisons en sorte de ne pas nous attirer d'ennuis. D'autres choses sont plus importantes. Je ne porte pas en permanence un jugement moral strict sur la fraude fiscale. Ce serait trop stressant.
...