L'époque des titres papier matérialisant des actions, obligations et autres bons de caisse est bientôt révolue. Ainsi, les titres au porteur disparaîtront du droit belge fin 2013. Les détenteurs de titres au porteur doivent donc les convertir et les déposer dans un dossier-titres auprès de leur banque. Terminés donc l'anonymat des titres au porteur bien gardés dans un coffre-fort, une pratique très populaire parmi les Belges. Pour accélérer la conversion des titres, le gouvernement fédéral a instauré au début de l'année une taxe d'1% sur cette conversion. Fin 2011, les banques ont alors véritablement été prises d'assaut par des gens désireux d'éviter cette taxe. Tout le monde souhaitait pouvoir encore convertir rapidement ses titres. C'est ce qui explique pourquoi la taxe appliquée en 2012 a rapporté beaucoup moins que prévu. Et puisque les Belges ont maintenant converti leurs titres, l'utilité d'un coffre-fort est moindre qu'auparavant. 60 pc des coffres-forts sont à présent vides. Toutefois les grandes banques telles que BNP Paribas Fortis, ING en KBC louent encore pas moins d'un demi millions de coffres au total. Ceux-ci sont utilisés pour garder des bijoux, de l'or et des documents importants. Les banques tiennent compte de cette nouvelle situation lorsqu'ils construisent de nouveaux bureaux. Elles ne sont désormais plus toutes équipées d'une salle avec des coffres-forts. Mais il est prévu que chaque client puisse louer un coffre-fort s'il le souhaite à une distance raisonnable de son domicile. (JAV)