Les Bourses européennes n'ont pas à rougir de leurs performances. Le Stoxx Europe 600 a glané 23% et affiche un rendement de 27% en incluant les dividendes.
...

Les Bourses européennes n'ont pas à rougir de leurs performances. Le Stoxx Europe 600 a glané 23% et affiche un rendement de 27% en incluant les dividendes. Cette moyenne cache des vérités nationales bien différentes. Les solides Bourses de Francfort, de Vienne et d'Oslo ont plutôt déçu. Autrefois pestiférées, les Bourses d'Athènes et de Dublin se sont illustrées. L'indice ISEQ 20 irlandais s'est apprécié de 31,5% alors que l'Irlande a connu un atterrissage en douceur de son économie. Après une croissance de plus de 8% en 2017 et 2018, la croissance a ralenti à 5,6% en 2019 selon la Commission européenne. Economiquement, l'Irlande est redevenue le pays le plus dynamique d'Europe et la Bourse de Dublin a désormais récupéré l'essentiel du plongeon de 82% subi durant la crise. L'indice grec ASE a bondi de 49% au cours d'une année à marquer d'une pierre blanche pour le pays. Financièrement, la Grèce a dépassé ses objectifs et remboursé anticipativement des prêts du FMI. Ce qui a plu aux agences de notation, Standard & Poor's ayant de nouveau relevé sa note financière à B- en gardant une perspective positive. Athènes peut ainsi envisager de revenir dans le club des emprunteurs dignes de confiance à un horizon de deux à trois ans. Un scénario probable selon les marchés puisque les taux à long terme de la Grèce sont passés sous ceux de l'Italie. Grand vainqueur des élections l'été dernier, Kyriákos Mitsotákis a pu annoncer une réforme fiscale destinée à soutenir l'économie. Athènes prévoit ainsi une croissance de 2,8% en 2020 avec une accélération de la décrue du chômage. La roue tourne plus que jamais en Bourse...