Près de 75 % des entreprises familiales étudiées ont effectivement payé un impôt des sociétés sur leurs bénéfices. Cet impôt s'établissait en moyenne à 28 %. Les autres entreprises avaient déclaré des pertes reportées, ce qui leur avait permis de ne pas payer d'impôt.

Il est également intéressant de savoir que l'impôt des sociétés ne représente qu'un peu plus de 25 % de la pression fiscale totale qui s'exerce sur une PME, les 75 % restants étant constitués d'une kyrielle d'autres charges, comme les cotisations patronales, le précompte immobilier, les accises, la TVA non déductible, les impôts locaux et les taxes environnementales. Mais ce n'est pas tout : il faut également tenir compte des impôts dus sur la valeur créée par les PME, mais payés par les travailleurs - soit plus précisément le précompte professionnel sur le salaire brut et les cotisations sociales à charge des travailleurs.

Johan Steenackers