Nous affichons donc en 2014 une baisse de pas moins de 15 % par rapport au score de 95 % enregistré en 2013. Les principaux motifs de ce recul sont la transparence limitée des informations - seuls 52 % estiment que notre marché immobilier est transparent - et la disponibilité limitée des crédits et des financements. Il existe en effet encore un fossé entre acheteurs et vendeurs lors de la définition de la valeur immobilière, ce qui engendre des problèmes en termes de financement (75 %). Et le fait que, selon 89 % des personnes interrogées, les taux d'intérêt des prêts immobiliers augmenteront cette année ne rend pas la situation plus réjouissante. Enfin, la durabilité et l'écologie occupent une place de plus en plus importante dans le marché immobilier. Les investisseurs misent en outre sur une diminution de prix de notre immobilier. Le mouvement de rattrapage amorcé par des villes wallonnes telles que Namur et Liège en 2013 se confirme donc en 2014. (Belga)

Nous affichons donc en 2014 une baisse de pas moins de 15 % par rapport au score de 95 % enregistré en 2013. Les principaux motifs de ce recul sont la transparence limitée des informations - seuls 52 % estiment que notre marché immobilier est transparent - et la disponibilité limitée des crédits et des financements. Il existe en effet encore un fossé entre acheteurs et vendeurs lors de la définition de la valeur immobilière, ce qui engendre des problèmes en termes de financement (75 %). Et le fait que, selon 89 % des personnes interrogées, les taux d'intérêt des prêts immobiliers augmenteront cette année ne rend pas la situation plus réjouissante. Enfin, la durabilité et l'écologie occupent une place de plus en plus importante dans le marché immobilier. Les investisseurs misent en outre sur une diminution de prix de notre immobilier. Le mouvement de rattrapage amorcé par des villes wallonnes telles que Namur et Liège en 2013 se confirme donc en 2014. (Belga)