Une des manières d'aider les travailleurs indépendants et les PME est de les laisser être financés par des amis ou des membres de la famille. Le gouvernement flamand encourage même cette pratique. Ceux qui remplissent les conditions obtiennent une réduction d'impôt. En outre, le gouvernement intervient et autorise que le prêt ne soit pas (complètement) remboursé à l'échéance. Pour pouvoir profiter de ces avantages, le prêt à votre ami ou membre de votre famille doit avoir une durée fixe de 8 ans et être un titre subordonné. Cela signifie que lors d'une éventuelle faillite, tous les autres créanciers doivent être remboursés avant vous. Le montant maximal est de 100.000 euros. Pour 2013, le taux d'intérêt peut s'élever jusqu'à 2,75%. Le prêt doit être enregistré auprès du PMV. Lors du paiement, 25% de précompte mobilier sont prélevés sur les intérêts. Si vous remplissez les conditions du prêt, vous obtenez alors pendant huit ans une réduction d'impôt annuelle de 2,5% sur le solde moyen de l'année. Et ce n'est pas tout. Si votre ami se retrouve dans un état évident d'incapacité ou son entreprise prend du plomb dans l'aile, vous recevrez un crédit d'impôt de 30% de la somme due. De cette façon, le risque pour le prêteur reste limité. Si l'emprunteur est un travailleur indépendant, le crédit ne peut pas être donné par le conjoint ou le partenaire avec lequel il cohabite légalement. Un directeur d'entreprise ne peut pas accorder de prêt win-win à son entreprise. Notez que faire des affaires avec des amis n'est pas toujours facile. L'argent peut aussi vous faire perdre vos amis. (MUA)